Catégories
Non classé

La bulle médiatique Zemmour

Depuis quelques temps, les médias, dans leurs rubriques politiques, sont rabattent les oreilles avec la pseudo-candidature d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle. Chacun y va son couplet, avec des analyses parfois longues, alors que tout cela n’est que du vide et du flan !

Voir ainsi les journalistes politiques envisager sérieusement cette option, et gloser sur sa stratégie (qui est avant tout une opération de promotion personnelle) me fait pitié… pour la presse française.

Nous sommes à un an de la présidentielle, la campagne n’est pas encore lancée. On sort tout juste la tête de l’eau des restrictions sanitaires, on peut enfin se promener dans la rue sans masque, l’été et les vacances arrivent. On ne va certainement pas s’intéresser maintenant à la présidentielle. Il sera bien assez temps, à la rentrée de janvier 2022, de voir où on en est, qui est sur les rangs, avec quel programme.

Tout ce qui se passe avant n’est que de la préparation n’intéressant que le microcosme politique, dont font partie les journalistes politiques de la presse parisienne. Cela fait maintenant de longs mois qu’ils ne pensent plus qu’à cela, et analysent tout à travers ce prisme. Il n’y a guère que les rumeurs de remaniement du gouvernement (ou mieux, de changement de Premier ministre) qui peut les détourner, provisoirement, de cette obsession.

La candidature d’Eric Zemmour est sans avenir, et n’adviendra pas, c’est une évidence pour qui connait un peu le monde politique. Il n’est soutenu par aucun parti, n’a pas de programme, et ne doit sa notoriété qu’à ses outrances verbales dans les médias, qui lui ont valu plusieurs condamnations pénales. Tout cela ne fait pas une stature politique. En revanche, cela l’identifie clairement comme un rouage du système médiatique, qui se nourrit de polémiques et de personnalités caricaturales.

Croire que les français peuvent se laisser abuser par cette baudruche est une erreur d’analyse. Un sondage a été réalisé, pour tester son niveau électoral. Résultat : 5,5% soit un score ridicule, au regard du potentiel qui lui est prêté à l’extrême droite. Il ne prend quasiment rien à Marine Le Pen (testée à 28% dans ce sondage). C’est surtout chez Nicolas Dupont-Aignan et un peu chez LR qu’il fait recette (chez les téléspectateurs de CNnews). Il fait autant que Jadot et Hidalgo, ce qui montre qu’à gauche, personne n’arrive à émerger, et que ce segment politique ne s’est pas remis de son effondrement de 2017.

Zemmour est juste là comme la « vedette américaine » dans les spectacles d’autrefois, qui chauffe un peu le public et le fait patienter en attendant la vraie star. Un simple élément d’un spectacle que les français sont de plus en plus nombreux à rejeter.

1 réponse sur « La bulle médiatique Zemmour »

Zemmour est bien trop intelligent pour se porter candidat, alors qu’il n’a aucune chance. Etre élu suppose d’avoir passé des années à créer des réseaux, des amitiés, des légitimités politiques.

Mr Zemmour est un brillant observateur de le vie politique, c’est un militant sincère, mais il est parfaitement conscient de ne pas avoir le cuir assez épais pour entrer dans le ring.

Les commentaires sont fermés.