Catégories
Non classé

On se lance en politique pour exercer le pouvoir

« La poutre travaille », comme le dit un ancien premier ministre, et en particulier chez LR. La recomposition de la droite prend une tournure plus aiguë à l’occasion des régionales, où dans plusieurs endroits, le RN semble en mesure de l’emporter. Il y a bien évidemment la région PACA, mais pas qu’elle.

L’opération de déstabilisation lancée en 2017 par Emmanuel Macron entre, de ce fait, dans une nouvelle phase. En prenant avec lui l’aile modérée de LR, le chef de l’Etat a déstabilisé son équilibre. Il a amoindri sa capacité à gagner, et donc à assurer l’accès au pouvoir à ses membres. Il ne faut jamais oublier qu’en politique, la solidité d’une structure ou d’un chef, c’est sa capacité à faire élire les siens, et à leur faire exercer le pouvoir. Si cette condition n’est plus remplie, ou si des doutes naissent, les remous ne tardent pas à arriver. Le but d’une personne qui se lance en politique, c’est d’obtenir des postes et du pouvoir, pas de témoigner depuis les bancs de l’opposition.

Cela fait maintenant presque dix ans que LR est dans l’opposition. Sur la centaine de députés LR, il n’y a que deux anciens ministres, Eric Woerth et Christian Jacob. Autant dire qu’un certain nombre d’entre eux ont faim, et voient le temps passer. En cas de nouvelle défaite, ils passeraient 15 ans l’opposition, pour certains, leurs « meilleures années ». Le risque est qu’une nouvelle génération arrive, et mette certains au rebut, sans qu’ils aient pu gouter aux délices du pouvoir. D’où une certaine nervosité, à l’approche de l’échéance électorale.

L’enjeu majeur, pour LR, est d’arriver à montrer que le chemin des postes et du pouvoir, à droite, passe par eux, et pas par le RN. C’est à peu près tout ce qui tient encore LR en vie, car comme tous les partis politiques en France, c’est juste un cartel d’élus ou d’aspirants à être élus, sans la moindre production d’idées neuves. Le danger ne vient plus d’Emmanuel Macron, dont le champ politique est à peu près borné, tant à gauche qu’à droite, sur sa base édifiée en 2017 et 2019. Il vient du RN, qui semble se rapprocher des portes du pouvoir. Le danger est d’autant plus fort que, l’aile modérée de LR étant partie en 2017, la différence idéologique entre certains LR et le RN est assez ténue, voire inexistante. La digue ne tient que par l’incapacité du RN à proposer des postes exécutifs et des positions de pouvoir.

Eric Ciotti a clairement mis les pieds dans le plat, sur Valeurs Actuelles : « ce qui nous différencie du RN, c’est notre capacité à gouverner ». Cela ressemble très fort à une offre de service à destination de Marine Le Pen, au cas où elle viendrait à gagnerait la présidentielle. Si le cas vient à se produire, il ne viendra pas seul dans la file d’attente. Une aubaine pour le RN, qui manque de cadres expérimentés pour exercer le pouvoir.