Catégories
Non classé

Pour un christianisme d’avenir

John Shelby Spong, un important théologien protestant libéral vient de mourir à 90 ans. Son dernier livre, une synthèse de son approche du christianisme, s’intitule « Pour un christianisme d’avenir ». Il y pose un constat simple, mais dérangeant pour les autorités religieuses : « Le langage utilisé par les autorités religieuses, pour parler de la foi, est complètement déconnecté de l’époque actuelle, et n’est plus compris par une part grandissante de la population ». Il existe toujours une très forte demande de spiritualité dans la population, c’est juste l’offre « chrétienne » qui est devenue obsolète, et ne rencontre donc plus les aspirations contemporaines, qui se tournent vers d’autres offres religieuses ou spirituelles.

En effet, comment, avec les progrès de la science, faire croire à des gens « ordinaires » que tout ce qui est écrit dans la Bible est vrai, notamment que le monde a réellement été créé en 7 jours, qu’une femme vierge a réussi à enfanter, que des morts sont revenus à la vie, ou encore qu’un type a réussi à marcher sur la mer, et à transformer l’eau en vin. Ce n’est tout simplement plus « crédible » rationnellement, et l’attachement de certains courants du christianisme à ces vieilles lunes ne fait que discréditer l’ensemble de leur propos.

Si ces récits « parlaient » aux populations des époques où ces textes ont été écrits, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les moeurs ont changé, la science et la connaissance ont énormément progressé, la symbolique a évolué. Or, les textes religieux (du moins la lecture qui en est faite) sont restés bloqués sur certains concepts, appelés dogmes, qui en font aujourd’hui du charabia qui ne fait plus sens, quand on sort de la sphère culturelle chrétienne. Or, il se trouve que depuis une cinquantaine d’années, cette sphère va en se réduisant dramatiquement, avec un arrêt de la transmission de la culture religieuse. On en est au stade irréversible, où des enfants naissent dans des familles dont les parents, voire les grands-parents, n’ont pas eu d’instruction ni de pratique religieuse (autre que sociale).

Pour John Spong, si on veut éviter que le christianisme ne disparaisse, ou ne soit relégué au folklore, il faut absolument trouver des mots qui parlent aux contemporains, pour diffuser le message de la Bible, qui est, selon lui, encore valable et recevable.

Derrière cette première étape de la forme, Spong va plus loin, et ouvre une relecture des textes bibliques assez radicale. Il se demande par exemple, si la vision que l’on a de Dieu (un vieux type à la grande barbe blanche qui trône quelque part au delà des nuages) est réellement pertinente. En effet, alors que le judaïsme est resté fidèle à sa tradition de refus de construire des représentations de Dieu, le christianisme (qui est un spin off du judaïsme) s’est coulé dans le moule religieux de l’époque, en donnant de « Dieu le père » une image qui ressemble un peu aux dieux de l’Olympe, avec une imagerie proche, et des pratiques similaires (des rites, accomplis dans des bâtiments spécifiques, avec un clergé dédié, intermédiaire obligé avec le sacré). Une stratégie payante aux débuts du christianisme, car c’est comme cela que les populations de l’époque se représentaient les dieux et la pratique de la religion. Mais un choix théologiquement contestable, car ce n’est pas la seule lecture possible des textes fondateurs du christianisme.

Il enchaine comme cela une relecture des dogmes chrétiens (largement partagés par les catholiques et les protestants évangéliques). Le questionnement est rafraichissant, car il décentre le regard et amène à se questionner sur des points inattendus. Les démonstrations ne sont pas toutes follement convaincantes, mais il lance ainsi un travail de déconstruction, qui permet d’essayer de retrouver ce qu’est le message originel, en enlevant les surcouches rajoutées au fil du temps. Un travail essentiel si on veut pouvoir à nouveau faire entendre ce message.