Catégories
Non classé

L’autre débat sur le floutage des policiers

Le monde politico-médiatique s’enflamme sur une disposition contenue dans une proposition de loi, dite « de sécurité globale », actuellement discutée à l’Assemblée nationale.

Son article 24 impose de flouter les images de policiers et de gendarmes quand elles sont diffusées, notamment sur les réseaux sociaux. Dans une ambiance de défiance croissante de la population vis-à-vis des forces de l’ordre, il n’a pas fallu grand chose pour déclencher une pluie de critique.

Les détracteurs de ce texte craignent que cela ne restreigne la liberté d’informer, en offrant une possibilité supplémentaire de poursuivre, ou au moins de menacer de poursuites, ceux couvrent les manifestations sur la voie publique et donc l’action plus ou moins musclée des forces de l’ordre. Il est vrai que depuis deux ans, cette question, légitime quelque soit l’époque, est devenue ultra-sensible. Notamment du fait de l’utilisation de doctrine de maintien de l’ordre contestables et contestées. D’autres craignent que cette protection ainsi offerte aux policiers ne les amènent, dans un sentiment d’impunité, à aller encore plus loin dans les violences.

Ces remarques sont parfaitement fondées et il y a une question « liberté d’expression » et liberté d’information qui se pose. Mais, il existe un autre enjeu, très largement éclipsé par la couverture, assez unilatérale, donnée à cette affaire par les médias.

Cet article 24 n’est pas arrivé par hasard dans cette proposition de loi. C’est une demande des policiers, dont les ressorts sont parfaitement compréhensibles et légitimes.

En se faisant photographier, dans l’exercice de leurs fonctions, ces policiers et gendarmes peuvent se retrouver personnellement exposés. Identifiés, ils peuvent faire l’objet de critiques, voire pire, d’agressions ou de harcèlements, en ligne ou dans leur vie personnelle et privée, ce qui peut être difficile à vivre pour la personne et son entourage. On sait tous que le lynchage est quelque chose qui fonctionne très bien sur les réseaux sociaux, et que les images et vidéos de policiers qui peuvent y circuler sont rarement bienveillantes pour les forces de l’ordre.

Est-il normal et acceptable qu’un policier se retrouve personnellement pris à partie, alors qu’il n’a fait que son travail, c’est à dire obéir aux ordres de sa hiérarchie (même s’il les trouvent idiots) ? Un simple policier de base doit-il assumer personnellement les errements de sa hiérarchie dans les choix de maintien de l’ordre ?

Il existe une règle de droit, la protection fonctionnelle, qui impose à l’employeur, public comme privé, de protéger ses employés, afin qu’ils ne subissent pas personnellement des préjudices, parce qu’ils ont juste fait leur travail, et obéit aux ordres. Le ministre de l’Intérieur a donc l’obligation de répondre à cette demande de protection contre le lynchage en ligne, dont peuvent être victimes de policiers dont l’identité, associée à des images jugées choquantes, circule en ligne.

Dans cette affaire, deux demandes légitimes sont exprimées, protéger les policiers de risques anormaux sur leur vie privée, du fait de l’exercice de leurs fonctions, et la liberté de la presse, avec le maintien d’une capacité de contrôle de l’action publique, en l’occurence la manière dont l’ordre est maintenu sur la voie publique.

Trouver un point d’équilibre n’est pas simple, et la solution proposée par le seul article 24, dans sa rédaction ‘sortie de la commission à l’Assemblée » n’est pas satisfaisante. Mais le demande (classique) de retrait pur et simple, formulée par les journalistes et activistes des Libertés laisse entier le problème, légitime, de la protection fonctionnelle des policiers. La solution est d’autant plus complexe, que la question sous-jacente est celle des violences policières, régulièrement dénoncées et que le ministère de l’Intérieur ne veut pas reconnaitre, et donc traiter à la hauteur de ce qui est souhaitable pour répondre à une demande sociale qui va croissant.

Malheureusement, comme souvent en France, on est partis dans un débat bloc contre bloc, avec une incapacité à creuser le fond, à trouver des interlocuteurs qui acceptent, de part et d’autre, de se mettre autour d’un table, pour voir comme résoudre un problème, ou au moins, trouver un compromis acceptable.

6 réponses sur « L’autre débat sur le floutage des policiers »

Effectivement, le risque de lynchage en ligne n’est pas anecdotique lorsque l’on voit la faciliter de se faire manipuler par l’émotion avec des images sans connaître le contexte d’une interpellation.
La notion de protection fonctionnelle, que tu as raison de souligner, car je l’avais pas forcément en tête, me dit que cet amendement de Paula Forteza peut-être judicieux :
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/3527/AN/998

Le visage n’a que peu importance, c’est la possibilité de permettre l’identification de manière sur la personne qui l’est. Le numéro d’identification individuel RIO avait été imposé pour cela, mais cette loi n’est absolument pas respectée durant les manifestations en tout cas.

Combien d’agents des forces de l’ordre ont été lynchés en ligne depuis l’apparition du lynchage en ligne?

Nombre de violences policières : nombre d’agents des forces de l’ordre reconnus coupables et condamnés ?
La police qui enquête sur la police! Hum, hum…..!
« Malheureusement, comme souvent en France » et donc n’insistons pas dans l’erreur «comme souvent en France »!

Si on veut lutter contre les violences policières, la destination normale des images permettant d’en identifier les auteurs est les corps d’inspection concernés ou la Justice. Pour ce qui est du remplissage du temps d’antenne, les médias auront toujours les autres images .

Je plussoie @Bourguignon. On peut ajouter qu’il existe forcément des lois qui permettent de sanctionner quelqu’un qui appellerait à un lynchage (réelle ou symbolique) d’un membre des forces de l’ordre.
Et plutôt que d’aller chercher à restreindre les libertés, les policiers et gendarmes devraient plutôt s’en prendre à leurs chefs qui les mettent dans une situation impossible à tenir face à la population, et surtout accepter qu’une critique contre leur travail n’est pas un crime de lèse-majesté. Si rien n’est fait pour rétablir la confiance entre le peuple et sa police, on aura deux camps qui se crisperont, qui ne pourront plus se parler et le pire est à craindre.

Le lien donné n’est plus valide – si je comprend bien c’est que cette proposition d’origine parlementaire a fait l’objet de procédure accélérée par le Gouvernement (qui n’a pas ressenti le besoin d’une procédure de consultation citoyenne)- voici le lien vers la proposition votée en Commission:

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3527_texte-adopte-commission#

Il me semble que la communalisation (optionnelle, les maires vont peut être hésiter devant les conséquences budgétaires de la ramboisation de leurs troupes) et la privatisation de la lutte contre le djihadisme auraient mérité plus d’attention, ainsi que l’omnigénéralisation prévue de la surveillance vidéo. Les conséquences budgétaires pour l’Etat seront certainement sensibles. Je suppose que c’est pour ça que le gouvernement a repris la main, toute la proposition aurait due être rejetée d’office sinon car financer ça en augmentant les paquets de cigarettes ça n’aurait pas fait très sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *