Catégories
Non classé

Figures de spiritualité

Ce billet part d’un tweet, lancé vendredi 11 septembre (une éternité sur les réseaux) où l’utilisateur Le Nain demande à ses followers de donner les figures qui ont compté dans leur spiritualité. J’ai eu envie de lui répondre (puisque très aimablement, il ne se limite pas aux catholiques, même s’ils sont son cœur de cible).

Plus que des penseurs, ce sont deux livres qui m’ont marqué dans mon itinéraire, « La subversion du christianisme » de Jacques Ellul et « Le désenchantement du monde », de Marcel Gauchet.

Deux ouvrages qui amènent à penser le fait religieux de manière radicalement différente, et à voir le christianisme avant tout comme une éthique de vie, une exigence que l’homme se fixe à lui-même. Une religion qui en arrive presque à se passer de la figure de Dieu.

Marcel Gauchet explique que le christianisme est en rupture avec les autres croyances, et est la « religion de la sortie de la religion ». C’est une croyance qui amène à sortir des pratiques habituelles, basées sur une pensée magique, à bases d’esprits surnaturels, de miracles, sur lesquels se sont bâtis des clergés intercesseurs, dont l’un des rôles primordiaux est l’encadrement social.

Jacques Ellul, montre lui que ce message libérateur de la religiosité a été complètement récupéré et retourné. L’église catholique a en effet construit, sur ce message anti-religions, un édifice tout ce qu’il a de plus religieux, réintroduisant le fatras du surnaturel, et un appareil de pouvoir chargé d’encadrer tous les aspects de la vie des gens. Un comble, qui ferait se retourner Jésus dans son tombeau, s’il y était resté !

Sauf que malgré toutes les tentatives, le cœur du message des évangiles résiste, avec ponctuellement, des poussées de retour aux sources. Elles sont réprimées sévèrement, par l’élimination physique des hérétiques, surtout quand ils remettent en cause le pouvoir de l’institution religieuse. Parfois, elles sont récupérées et intégrées à la marge du système, pour servir de refuge et d’exutoire à ceux qui persistent à vouloir mettre en œuvre le message originel (par exemple les franciscains, qui ont frôlé le classement comme hérétiques).

Tout dérape au XVIe siècle, où l’église catholique n’arrive pas à venir à bout d’une hérésie, le protestantisme (ce n’est pas faute d’avoir essayé). S’ouvre alors un espace de liberté, qui reste restreint, car la pensée magique et la volonté d’encadrement reprennent vite le dessus, même dans les églises protestantes. Sauf qu’il n’existe, dans le protestantisme, aucune institution centrale à même de réduire au silence les dissidents. La culture de cette branche du christianisme est même de valoriser cette dissidence, de la rendre légitime.

Ces deux lectures croisées m’ont amené à lire les évangiles autrement, débarrassés des oripeaux magiques ajoutés par des générations de théologiens. Ce qu’il reste alors, du message du Christ, c’est avant tout une éthique de vie exigeante et révolutionnaire car basée sur la relation d’égalité entre les hommes, sur le refus de la rivalité et des hiérarchies. Un point qui a été particulièrement bien vu par René Girard, qui en a fait le cœur de son œuvre.

A la base de tout cela, on trouve un mythe, que l’on trouve au début du livre de la Genèse. Adam et Eve qui quittent le paradis terrestre, pour gagner leur pain à la sueur de leur front, c’est la sortie du paléolithique pour passer au néolithique, avec une transformation radicale, la naissance de l’agriculture, de l’élevage, et plus globalement, de la société. Les rapports humains changent du tout au tout, avec la fin de l’égalité et la création de hiérarchie, et surtout, la création des religions. Désormais, l’homme enterre ses morts, leur rend hommage, conserve leur mémoire et s’inscrit dans une histoire. Il a besoin de comprendre le monde qui l’entoure, de lui donner un sens.

Le message du christianisme peut se lire comme un refus de ce basculement. Cette entrée dans le néolithique est le péché originel, la chute initiale. La notion de péché n’a donc rien de moral, c’est juste l’expression d’un basculement, qui éloigne l’homme de ce qui est considéré par les tenants de cette ligne, comme le mode de vie souhaitable. Mais ce refus est minoritaire et voué à l’échec, car il est l’expression d’une nostalgie. Le basculement s’est opéré et aucun retour en arrière n’est possible. Mais cette voix continue à s’exprimer, à rappeler qu’il existe une autre manière de voir le monde et de concevoir les rapport humains. Il rappelle à l’humain, qui aspire à la toute-puissance, d’où il vient.

Les formes pour porter ce message ont été très variées, et paradoxalement, il est passé et a été transmis par les religions, niché dans les recoins des livres sacrés, par le biais d’un petit peuple nomade du Proche-Orient. Un très mince filet, qui a réussi à arriver jusqu’à nous, et conserve une actualité.

Les évangiles, lus autrement qu’avec les lunettes religieuses, parlent encore au monde contemporain. Sur des questions aussi fondamentales que le statut de l’être humain, son rapport au monde, à la nature, et à la société, ils trouvent encore de l’écho. C’est quelque part presque un miracle…

8 réponses sur « Figures de spiritualité »

C’est intéressant. Je suis cependant dubitatif sur l’identification « péché originel ->passage au néolithique ». Le dit passage serait 10 000 avant l’écriture de l’Ancien Testament (et encore c’est plus un processus qui a duré des générations qu’un basculement).

De plus Néandertal et Homo Naledi enterraient leurs morts bien avant cela.

Je schématise beaucoup, le basculement ne s’est pas fait d’un seul coup, mais s’est étalé dans le temps et dans l’espace, avec des cohabitation et des pratiques arrivées avant d’autres. Ma position est de dire qu’à un moment, un mouvement a émergé, pour dire que l’humanité avait peut-être fait une erreur en basculant dans la « société ». Cela a pu émerger assez tard, ou se transmettre à travers des mythes. La Genèse comprend beaucoup de recyclage de mythe mésopotamien bien plus anciens. Cette idée à été traduite sous forme du mythe du Paradis perdu.

« […], c’est avant tout une éthique de vie exigeante et révolutionnaire car basée sur la relation d’égalité entre les hommes, sur le refus de la rivalité et des hiérarchies. » Pas tout à fait car les hiérarchies ne sont pas niées, mais mises de côté (« rendez à César ce qui est à César… »), et ce qui est clairement dans les évangiles c’est le rappel incessant des fins dernières. Faire une lecture purement « terrestre » des évangiles serait paradoxal car à l’opposé des intentions de son inspirateur !

Oui, elles sont mises de coté. Une manière très claires de dire qu’elles ne sont pas essentielles, et que ceux qui se prétendent continuateurs des évangiles n’ont pas à servir d’auxiliaires au pouvoir terrestre, ni à chercher à exercer un quelconque contrôle social. De toute manière, prétendre abolir l’organisation sociale n’aurait pas de sens, le retour en arrière est juste impossible. On fait donc avec…

Pourquoi l’époque d’avant la naissance de l’agriculture et de l’élevage serait « mieux » ? Le passage à l’agriculture a dû être un formidable progrès en terme de ressource alimentaire. Avant c’était galère il fallait se déplacer au gré des transhumances des gibiers tandis qu’avec l’agriculture il suffisait de semer pour se nourrir (je schématise). Du temps a été libéré pour permettre à l’homme de développer le spirituel avec le ventre plein, de construire des monuments, des villes et des sociétés. La vie d’avant était autrement plus précaire.

Dans Sapiens, Harari développe une thèse contraire en indiquant que la sédentarité nous a exposé à plus de risques de disette.

Très superficiellement: une société de chasseur-cueilleur permet d’avoir beaucoup de temps libre et les risques de famine sont faibles. En revanche cela ne permet pas de nourrir beaucoup de monde.
Si la population s’accroît, il faut de l’agriculture, plus productive mais avec beaucoup plus d’aléas.

La complexification de la vie sociale découle de cette augmentation de la pop, concentrée en un endroit, et permet ensuite de mobiliser beaucoup de ressources pour des grands projets (monuments, etc).

La récente Encyclique du pape François, Fratelli Tutti, est à ce titre très rafraichissante, et rappelle bien le message originel des évangiles. C’est un texte qui fortifie spirituellement et qui me touche au plus profond du cœur. Et pourtant, je ne suis pas catholique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *