Catégories
Non classé

L’éternel problème du pseudonymat

Le garde des Sceaux et le Premier ministre ont relancé le débat sur le pseudonymat sur internet. Un débat qui a au moins 15 ans, avatar d’un combat mené par les élites politico-intellectuelles pour essayer de sauver leur monopole de la participation légitime au débat public.

Nos dirigeants de 2020, veulent que tout le monde s’exprime, sur internet, sous son identité civile. Un moyen, pour ceux qui sont au sommet de l’échelle, et donc peuvent dire à peu près tout ce qu’ils veulent sans trop de risque, de faire taire « la plèbe ». Autrefois, c’était facile de contrôler l’accès à la parole publique, qui devait obligatoirement passer par les médias (audiovisuel et presse écrite). Internet a fait sauter ses passages obligés et démocratisé l’accès au débat.

Il est vrai qu’un certain nombre de personnes seraient peut-être plus policées dans leur langage, si leur photo apparaissaient à coté de leurs propos. L’argument est aisé à comprendre, et en cette période de montée de la haine, sur les réseaux sociaux, mais aussi ailleurs, peut trouver un écho.

Il ne résiste pas à une analyse un peu poussée. Le pseudonymat a toujours existé, et est nécessaire à la liberté d’expression. Il permet à ceux qui sont « dépendants » (d’un employeur, actuel ou futur, par exemple) de tenir des propos qui dérangent. Le débat public, notamment politique, tourne malheureusement bien trop souvent au pugilat. Le but n’est pas de discuter sur le fond, mais de faire taire son contradicteur, en le disqualifiant. Il est donc logique que celui qui est en position de force cherche à se doter de l’outil lui permettant de faire taire son contradicteur, soit par des pressions directes ou indirectes, soit en faisant porter le débat sur le messager, et pas sur le message. Le pseudonymat est une vraie plaie pour ceux qui sont habitués à esquiver les débats et ne tiennent pas la route quand il faut aller au fond des choses.

Un bon nombre de membres de « l’élite politico-intellectuelle française » n’ont jamais digéré la démocratisation de la parole publique amenée par internet (d’abord les blogs, puis les réseaux sociaux). Ils perdent ainsi du pouvoir, à la fois dans le choix de ceux qui sont cooptés et autorisés à prendre la parole, et dans le choix des termes et de l’orientation du débat public. Plus possible d’étouffer les scandales comme autrefois, de protéger l’entre-soi auquel se sont habitués bien des membres de cercles élitistes.

Bien évidemment, la massification du pseudonymat pose des problèmes, car il ne s’est pas accompagné de la mise en place de « bonnes pratiques ». La fameuse Netiquette des dinosaures de l’internet a volé en éclats depuis bien longtemps. La solution du problème est pourtant en partie là, dans l’éducation au numérique, avec un volet « apprentissage » des codes et un autre plus répressif. Cela ne me choque pas que des poursuites pénales soient engagées plus systématiquement contre des propos inacceptables proférés sur internet. Il devrait même y avoir des procédures simplifiées Le législateur n’a pas hésité à le faire quand il s’est agit de défendre les intérêts financiers de l’industrie du divertissement, avec la loi Hadopi. C’est sur cette voie que Laetitia Avia aurait dû aller, plutôt que s’acharner à transformer les opérateurs de plateformes en censeurs.

Mais cela implique de donner des moyens à la police et la justice. Et surtout, cela met tout le monde sur le même plan. Or, ce n’est pas cela que les élites demandent, mais bien un système à deux vitesses, où eux peuvent dire ce qu’ils veulent, en faisant retirer ce qui ne leur plaît pas. La loi, ici, est utilisée comme un tapis de bombes, avec de nombreux dommages collatéraux, qui ne sont pas pour déplaire à ceux qui portent cette vision d’une régulation du débat public par la censure.

Faire taire internet est le combat de toujours de cette élite qui a ses propres canaux de communication, et qui aimerait tellement retrouver son monopole perdu, plutôt que de devoir s’insérer dans les nouveaux canaux, qu’elle ne contrôle pas et où elle doit partager la parole avec des gens considérés comme illégitimes à s’exprimer et prendre part au débat public.

2 réponses sur « L’éternel problème du pseudonymat »

Il est vrai que le combo « Fin du pseudonymat » + « Lois bien-pensantes pour lutter contre la haine et les micro-agressions ou moqueries » est un peu flippant. On peut l’imaginer avec un peu de rétroactivité…

Pour l’instant c’est de la science-fiction, mais dans quelques années on y viendra peut-être, sous prétexte de défendre les faibles et les opprimés, bien entendu.
Et dans 50 ans on pourra raconter à nos petits-enfants qu’on a vécu le moment où l’internet était à peu près libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *