La campagne présidentielle de 2017, bien qu'elle ne soit pas encore terminée, est un moment clé de l'histoire politique de la Cinquième République. Le nombre de personnalités de premier plan qui se sont fait dégager est absolument impressionnant : Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé, Bayrou, Duflot, Montebourg, Copé. S'ils n'ont pas été purement et simplement battus à une primaire, c'est qu'ils ont renoncé, avec plus ou moins d'élégance, à se présenter. François Fillon est en train de subir le même sort, et s'il se débat encore, en utilisant toutes les ficelles du populisme, le lacet se resserre implacablement. De plus en plus, c'est un deuxième tour Macron-Le Pen qui se dessine, une perspective encore impensable il y a 6 mois.

Cette situation ne me surprend pas, voire même me rassure. La colère et le désarroi de la population française face à ses dirigeants politiques sont palpables depuis de longs mois. Tous ceux qui sont en contact, un tant soit peu, avec le "terrain" sentent cette immense aspiration au changement. Il est vrai que le degré de déliquescence des élites françaises a atteint un niveau jamais atteint. Il est donc rassurant qu'au moment du grand rendez-vous électoral qu'est la présidentielle, cela se traduise très concrètement par une série de baffes distribuées à tous les sortants. Cela permet d'éviter que l'aspiration des électeurs à un changement profond ne se traduise autrement que dans le cadre du processus électoral. En terme de renouvellement des têtes, Macron devrait pouvoir faire l'affaire. Certes, il vient du cœur du système avec un bon profil "blanc-propre sur lui", mais on dit souvent que les vraies révolutions, celles qui arrivent à atterrir sans trop de dommages, viennent de l'intérieur même du système. Il faut quand même s'en assurer, car Marine Le Pen à la présidence, c'est la sortie de route assurée.

Reste par contre à traiter un autre aspect, celui du renouvellement des pratiques, car l'attente ne se limite pas à de nouvelles têtes. C'est le fonctionnement même du système politique qui doit changer, sinon, tout cela ne servira à rien, et ouvrira toutes grandes les portes du pouvoir à Marine Le Pen en 2022.

Sur ce plan, je suis plus inquiet. En cas de victoire de Macron à la présidentielle, sa majorité législative ne pourra être composée que de ces deux mouvements, avec éventuellement quelques supplétifs au centre, mais cela restera marginal. Même battue, la droite conservatrice restera ce qu'elle est, un parti qui considère être le seul légitime à gouverner, et qui donc refuse toute collaboration avec le camp d'en face. Une grande coalition à l'allemande n'est tout simplement pas envisageable en France. Je vois mal Wauquiez, Bertrand ou Baroin entrer au gouvernement aux cotés des centristes et des socialistes. Je crains qu'il ne soit difficile au futur président d'avoir une majorité parlementaire solide, et donc une capacité à faire voter les lois nécessaires à la mise en œuvre des réformes promises. Si c'est une coalition de droite qui se dégage, et que l'on entre en cohabitation, ce sera un échec majeur.

Je suis également un peu inquiet quand je lis les programmes des partis qui pourraient composer la coalition gouvernementale. On y trouve plein de belles idées très généreuses, mais pas toujours très applicables, ainsi que des trucs assez farfelus. Pour le point qui m'intéresse plus particulièrement, l'exercice du pouvoir et l'organisation des institutions, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Aucun candidat ne revient, quoi qu'ils en disent, sur l'équilibre actuel, avec une omniprésidence, où le Parlement est écrasé. Rien sur l'équilibre entre président et premier ministre, sur l'indépendance de la justice et la montée en puissance d'un véritable pouvoir judiciaire. Le programme de Macron serait même une régression pour le Parlement, qui serait voué à devenir un mélange entre le CESE et la Cour des Comptes, qui ne doit surtout pas passer trop de temps à légiférer. Peu de choses réalistes sur les moyens de limiter l'emprise de la haute fonction publique sur les circuits de décision, qui est pourtant un problème. Enfin, rien, absolument rien, sur le déverrouillage de la vie politique, cadenassée par les lois sur le financement de la vie politique.

Cela ne veut pas dire que rien ne sera fait. On a souvent vu des candidats ne pas tenir leurs promesses, et faire des choses qu'ils n'avaient pas promises. Cela pose un problème politique et démocratique, car c'est au moment de l'élection qu'il faut annoncer la couleur, et à défaut de formuler des propositions précises, il faut au moins donner la philosophie et les grands axes de la politique qui sera menée. Il reste encore 50 jours de campagne pour arriver à cela. J'espère que la période qui s'ouvre va permettre aux différents partis qui pourraient être amenés à gouvernement, d'être plus précis sur ces sujets.

Cette élection présidentielle est donc cruciale, car le changement ne peut se faire que par le haut, la "société civile" française ayant malheureusement montré qu'elle n'est pas suffisamment forte pour imposer des réformes par le bas. Nous n'attendrons pas 5 ans de plus dans l'immobilisme et le conservatisme, c'est dès l'été 2017 que le signal du changement réel doit être donné. Le pays est prêt à suivre, il faut juste que le personnel politique soit à la hauteur, sur le fond comme sur la forme.