Depuis la révélation de l'affaire "Pénélope Fillon" les regards sont tournées brutalement vers la situation des collaborateurs parlementaires ayant un lien familial avec le parlementaire qui les emploient. On ne découvre rien, cette pratique est connue et a été chiffrée. Le seul apport des enquêtes lancées par des journalistes, comme par exemple les décodeurs du Monde, est d'affiner un peu les chiffres. Et encore, on reste dans l'ordre de grandeur qui a été précédemment défini. Pour le reste, l'analyse est absente, et c'est un peu ça le drame. Mis à part Mathilde Mathieu de Médiapart, qui bosse le sujet depuis des années, et qui cherche à faire parler les données, le reste de la troupe se contente de publier des statistiques. Ce n'est malheureusement pas cela qu'on attend des journalistes, et dans le cas qui nous intéresse, se contenter de ça est même très mauvais, les journalistes passant complètement à coté des vrais enjeux.

La question des collaborateurs parlementaires "familiaux" n'est pas nouvelle, loin de là même, et périodiquement, elle resurgit. Les journalistes des médias "mainstream" ne s'y intéressent malheureusement que lorsqu'un scandale éclate. C'est le premier problème, car ils sont alors en réaction par rapport à une demande de leur lectorat. Le biais par lequel l'information est traitée est imposé par le lecteur. Dans le cas de l'affaire "Pénélope Fillon", c'est même flagrant. Le public est scandalisé, à juste titre, par le fait qu'on ait pu payer de telles sommes à une personne, sans contrepartie effective. Quand en plus, le "coupable" est un homme politique qui aspire aux plus hautes fonctions, et qui s'est présenté comme un parangon de vertu et d'honnêteté, cela donne un retentissement particulier à l'affaire. De manière quasi automatique, la demande du rédacteur en chef à ses journalistes va être de creuser ce sillon, de "documenter" le cas et d'aller chercher si d'autres ne font pas pareil. On va donc aller chercher des données (par ailleurs disponibles depuis 2014) de manière plus ou moins efficace et respectueuse des personnes concernées. Que les parlementaires et leurs collaborateurs aient eu le sentiment d'une chasse, dont ils sont le gibier, n'est pas infondé. Les journalistes auront beau se récrier que c'est faux (et le pire, c'est qu'ils sont souvent de bonne foi), le fait est qu'en se contentant d'apporter de l'eau au moulin du public, sans toucher aux questionnements et aux biais selon lesquels le débat a été posé, ils n'ont pas fait leur job.

De cette affaire, va juste ressortir un peu plus de ressentiment de la population envers les élus. Comme si on avait besoin de cela ! Par contre, les vrais enjeux n'auront pas été abordés, les bonnes questions n'auront pas été posées, et donc des solutions n'auront pas été proposées. Cette affaire "Pénélope Fillon" permet pourtant de poser la question qui fâche : "qu'est ce qu'on doit attendre du travail d'un assistant parlementaire ?" et derrière cette question, une deuxième encore plus importante "Quel doit être le travail d'un parlementaire ?". Autant de questions qui amènent à l'enjeu de la "redevabilité", l'accountability des anglo-saxons. Un élu doit rendre des comptes à ses électeurs, sur un bilan concret, bien entendu, mais également sur la manière dont il exerce son mandat. C'est sur ce deuxième aspect que le bât blesse très sérieusement, car les parlementaires refusent, avec une obstination phénoménale, que la question soit même posée. Ils partent du principe qu'ils sont totalement libres de s'organiser comme ils le veulent, que cette question est hors du champ démocratique, avec un discours bien rôdé autour de la liberté de l'élu, du refus du mandat impératif. On est dans un véritable trou noir démocratique, où la demande citoyenne est de plus en plus forte, et se heurte à un refus catégorique.

Pour moi, le parlementaire doit des comptes sur la manière dont il exerce son mandat, notamment sur l'efficience de l'utilisation des fonds publics qui sont mis à sa disposition pour l'exercice de son mandat. Une grande partie de cet argent sert à payer les collaborateurs. Les citoyens sont donc fondés à demander aux élus des comptes sur la manière dont travaillent leurs collaborateurs. C'est là qu'on se rend compte que Pénélope Fillon est l'arbre qui cache la forêt, car comme le montre un chercheur, les parlementaires qui emploient un membre de leur famille sont ceux qui ont les plus mauvaises statistiques d'activité sur nosdéputés.fr. Cela est corroboré par des constatations de terrain que peuvent faire tous les assistants en poste : beaucoup d'épouses de députés, si elles sont présentes et travaillent, ne "foutent pas lourd" et sont clairement très bien payées au regard de la masse de travail fourni. Le vrai coupable est le député, qui peut se permettre d'employer une équipe peu ou pas efficace, car lui-même ne bosse pas beaucoup...

Quand on tire le fil, on arrive à s'interroger sur ce que doit être le travail d'un député (et donc les tâches de ses collaborateurs), et sur la manière de l'évaluer. Se focaliser sur le fait qu'un député salarie sa femme, c'est passer à coté de l'enjeu essentiel, qui est celui du travail que doit faire un député et des comptes qu'il doit rendre à ses électeurs sur la manière dont il remplit le contrat passé au moment de l'élection. On est malheureusement devant une page blanche, où tout ou presque est à écrire et à inventer.