La récente crise politique a été l'occasion d'un regain de critiques, à gauche, contre la cinquième république. Un président de région s'est même à moitié étranglé quand il a entendu Hollande demander "un PS à l'unisson de ses décisions". Tous les apprentis constitutionnalistes vont nous ressortir, dans les prochaines semaines, leurs "VIe république", brandissant le concept, sans rien mettre de concret dedans...

Les institutions de la Cinquième République sont en train de démontrer, une fois de plus, leur robustesse. Le but d'une constitution, c'est d'organiser le pouvoir, afin que le pays soit gouverné de manière efficace, sans blocage, tout en ayant des rendez-vous électoraux réguliers. Je n'en demande pas plus à une constitution. Certes, celle de la Cinquième République n'est pas parfaite, et son défaut majeur vient de l'élection, en 1962, du président de la République au suffrage universel. Le texte de 1958 m'apparaissait bien meilleur, mais la constitution actuelle remplit son rôle.

Le problème ne vient pas des institutions, mais des socialistes, qui n'ont jamais accepté de se faire à cette monarchie républicaine, tout en ne la réformant pas quand ils en avaient l'occasion. En 1981, Mitterrand pouvait le faire, il s'en est bien gardé, car les institutions lui allaient finalement très bien une fois installé à l'Elysée.

C'est vrai que c'est confortable, quand on est manche. On peut gouverner sans trop de difficultés, tant qu'une majorité ne se monte pas contre vous. Il faut se rappeler qu'en 1958, la perspective, pour un gouvernement, d'avoir une majorité absolue est inimaginable. De plus, les constituants de 1958 ont bénéficié de plus de 30 ans de réflexion constitutionnelle. Depuis les années 30, on se posait la question de la réforme de la IIIe République, qui pour le coup, était une très mauvaise constitution. Une première tentative a été menée avec la constitution de 1946, mais ce ne fut pas une réussite sur le moment. Mais les erreurs de 1946 n'ont pas été oubliées et ont servi à mieux écrire en 1958.

Les socialistes et la gauche en général sont restés parlementaristes. C'est leur culture politique, cela vient de très loin. C'est une tradition politique tout à fait honorable, et si elle respecte un peu plus la délibération collective et le respect des minorités, elle manque d'efficacité par rapport à la tradition bonapartiste, d'un exécutif fort. Or, au vu des désordres des IIIe et IVe République, un choix a été fait en 1958 de donner un coup de barre en direction de l'efficacité, donc d'un exécutif fort. Comme il y avait en plus la guerre d'Algérie à régler, la constitution de 1958 est passée assez facilement. C'est en 1962 que ça s'est gâté. La guerre d'Algérie est terminée, donc le besoin d'un exécutif fort se fait moins bien sentir. C'est le moment où le général de Gaulle choisit d'aller encore plus loin dans le bonapartisme, rompant l'équilibre de 1958. Une majorité de parlementaires refuse cette évolution en engageant l'épreuve de force contre De Gaulle. C'est la motion de censure qui renverse Pompidou et oblige De Gaulle à dissoudre. Cela se termine par une défaite en rase campagne des opposants, puisqu'en 1962, non seulement les français adoptent l'élection du président au suffrage universel direct, mais en plus, envoient au Palais-Bourbon une majorité absolue en faveur des gaullistes.

A partir de ce moment là, la guerre est terminée. Les bonapartistes ont gagné pour longtemps. On aura bien quelques escarmouches d'arrière-garde, au Sénat, ou avec quelques ouvrages brillants comme celui d'un certain François Mitterrand. Ce dernier, dès l'année suivante, rend les armes en se présentant à la présidentielle, acceptant de fait les institutions, contrairement à Pierre Mendès-France, qui refusa d'être candidat. Il aurait fallu accompagner cette acceptation du régime d'une adaptation de la manière de fonctionner en interne. C'était sans doute trop demander à la gauche, pour qui la personnification du pouvoir est le mal absolu. Mais ce faisant, la gauche prend le risque de se tirer des balles dans le pied dans sa pratique des institutions, une fois au pouvoir.

Cela devait péter un jour. La chance des socialistes, est d'avoir eu en Mitterrand un leader incontesté, capable de s'imposer autrement qu'en utilisant l'outillage du parlementarisme rationalisé. Pourtant, le virage de 1983 était autrement plus raide, politiquement et idéologiquement, que celui de 2014. Ensuite, Jospin a eu la chance d'arriver en période de prospérité, où il y avait plus d'occasion de faire des cadeaux que de prôner l'austérité. Il était Premier Ministre, et donc dans un mode d'exercice très parlementaire du pouvoir. Le hiatus entre la culture politique de la gauche et l'esprit des institutions de la Cinquième République n'a pas trouvé à s'exprimer.

C'est ce qui arrive aujourd'hui, dans la douleur. Le seul vrai patron, c'est le président de la République. Les autres peuvent gueuler, ils sont impuissants. Nombre de caciques socialistes sont en train de le vivre, et c'est particulièrement amer. Deux voies se présentent à la gauche, pour régler structurellement le problème. La première serait de faire évoluer sa culture politique, pour "accepter" la monarchie républicaine. Je n'y crois pas un seul instant, tant les résistances seront fortes. Il n'y a qu'à voir la manière dont le PS fonctionne en interne. La deuxième voie serait de réformer les institutions, pour qu'elles soient plus conformes à la manière de gouverner de la gauche. Je n'y crois pas non plus, car le gouvernement ne dispose pas de la majorité suffisante au Congrès, et n'a pas la capacité de passer par un référendum, qui se transformerait en plébiscite, avec un désastre pour Hollande.