La composition du gouvernement Valls 2 est désormais connue. Beaucoup de sortants reconduits, quelques mouvements internes (dont l'arrivée de Fleur Pellerin à la Culture, qui est une excellente chose pour le numérique) et pourtant, une impression de changement. L'arrivée d'Emmanuel Macron au poste d'Arnaud Montebourg est sans conteste le symbole de ce remaniement. A la place d'un politique flamboyant bien à gauche, on a un technocrate centriste, ancien banquier chez Rothschild. Tout est dit ou presque...

Cette nomination a le mérite de la clarification. On a un gouvernement de centre gauche, qui assume le fait que les technocrates dirigent réellement le pays et sa politique économique. On continue à aller dans le mur, mais sans chercher à faire prendre des vessies pour des lanternes. Je ne crois pas au succès du gouvernement Valls 2. Il va juste précipiter la chute, car il oublie que pour gouverner, il ne suffit pas d'avoir une majorité numérique à l'Assemblée nationale, il faut aussi l'assentiment du pays, sans lequel aucune majorité ne tient, aussi pléthorique soit-elle.

Le problème du couple Valls-Hollande vient de là. Sa majorité parlementaire est très incertaine, et l'optique est de gouverner en dépit de la majorité parlementaire, avec un seul argument : tu te couches ou c'est la dissolution. Tous les députés socialistes savent qu'en cas de législatives anticipées, ils sont à Pôle Emploi pour la plupart. Veulent-ils attendre 2017 pour se faire battre, où préfèrent-ils en finir plus tôt ? C'est sur cela que Manuel Valls va s'appuyer pour faire passer ses textes, en utilisant toute la palette de parlementarisme rationalisé (49-3, vote bloqué...). Le choix de maintenir Jean-Marie Le Guen comme secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement est un signe qui ne trompe pas. En quelques mois, ce type est arrivé à se faire détester des députés, pour sa brutalité. Il tient plus du maton que d'autre chose. Sa feuille de route est claire, il faut que les bagnards du Palais-Bourbon avancent et votent, à la Schlague si nécessaire.

Le premier test sera le vote de confiance, qui aura lieu en septembre ou début octobre. En mettant le paquet et en jouant l'intimidation, ça devrait passer. Je prends les paris que le budget et le PLFSS passeront à coup de 49-3. Pour les autres textes, ceux qui sont moins politiques, le gouvernement devrait arriver à les faire passer sans trop de difficulté. Je vois mal les frondeurs attaquer sur la transition énergétique ou sur la loi numérique. Cahin-caha, on peut arriver comme ça jusqu'en 2017, car la dissuasion nucléaire, c'est efficace. Ce qui est à craindre, c'est une accumulation de rancœurs et de frustrations sans précédent. Déjà qu'ils ne s'aiment pas beaucoup, au sein du PS, mais là, ça va être la haine à mort.

Le danger est que cette haine prenne le pas et provoque un éclatement du PS. La seule fenêtre de tir, c'est les législatives, puisque le financement public des partis dépend du nombre de voix recueillies aux législatives. Les frondeurs vont avoir tout le temps pour monter leur structure, lui donner une armature doctrinale et recruter des candidats. Puisqu'ils sont dans l'opposition de fait, ils n'auront que ça à faire. Le moment venu, il risque d'y avoir un candidat "dissident" PS à la présidentielle, ou au moins à la primaire (au hasard Arnaud Montebourg) et après la défaite du candidat de gauche, deux candidats dit "socialistes", l'un du PS-Valls, l'autre du PS-Montebourg. Il y a réellement un espace politique pour Montebourg, qui prend un leadership exactement au moment où Mélenchon, qui a tenté (et raté) la même aventure, se retire. Ce sera une boucherie à court terme, mais une clarification à long terme pour la gauche.

Cette rivalité va permettre (je sais, je suis optimiste) un renouveau doctrinal à gauche. Rien de tel qu'un rival dans son propre camp pour avancer et bosser. Ce qui a tué le PS, c'est de ne plus avoir été en rivalité avec le PCF et de s'être installé dans la rente. Il suffisait d'attendre l'alternance, de toute manière, il n'y avait personne d'autre à gauche pour prendre le pouvoir. Si la gauche retrouve enfin une émulation, avec un parti de centre gauche et un autre bien à gauche, tous les deux en capacité de faire des scores, ça peut donner quelque chose sur le plan des idées. Par contre, pour ce qui est de la prise et de l'exercice du pouvoir, c'est autre chose...