François Hollande vient d'annoncer sa volonté de nommer Jacques Toubon comme défenseur des droits. Cela soulève des cris d’orfraies à gauche, tant l'homme est estampillé "RPR chiraquien". En plus, à 73 ans, on peut estimer qu'il a droit à une retraite bien méritée, même si lui, comme tout homme politique qui se respecte, préfère sans doute quitter la scène les pieds devant.

Ce sont pourtant les deux seules critiques que l'on peut adresser à Jacques Toubon, passé le moment de stupeur. Oui, 73 ans, c'est sans doute 10 ans de trop pour un poste de cette envergure. Rappelons quand même que Dominique Baudis est mort en fonctions, et qu'il n'avait que 66 ans. Le coté "grognard chiraquien", qui va jusqu'à envoyer un hélicoptère chercher un procureur pour empêcher l'ouverture d'une enquête contre son parti, fait un peu tâche, c'est vrai et crispe à gauche.

A sa décharge, Jacques Toubon a un passé d'homme d’État où il n'a pas démérité. Certes, il ne fut pas un super-ministre de la justice entre 1995 et 1997. Mais il n'a pas été un mauvais ministre de la Culture, et a gardé toute l'estime de ce secteur. Il vient de quitter ses fonctions de membre du collège de la Hadopi, et est toujours en charge de suivre les sujets relatifs à la TVA des biens culturels à Bruxelles. Le personnage n'est pas désagréable, même s'il est très bavard et s'écoute volontiers parler. En tout cas, c'est quelqu'un qui connait bien le système administratif français, de la catégorie "vieux singe à qui on n'apprend pas à faire la grimace". Sous cet angle, son passé à la ville de Paris sous Chirac sera précieux dans ses fonctions de défenseur des droits...

Les critiques que j'ai pu voir fleurir, comme quoi il est un peu rétrograde, parce que pas spécialement gay-friendly, ou parce qu'ayant pris, il y a 30 ans, certaines positions sur des sujets de sociétés ne doivent pas entrer en ligne de compte. La seule chose qu'il faut regarder, c'est la concordance entre la feuille de poste et le profil du personnage.

Qu'attendons-nous du défenseur des droits ? Pour ma part, je lui demande d'être un vrai contre-pouvoir (ce que n'a pas été Dominique Baudis) qui ait à la fois expérience et indépendance, qui soit capable de ruer dans les brancards et mettre les autorités face à leurs contradictions et leurs bévues, sans peur du scandale. Pour ça, Jacques Toubon est parfait. A 73 ans, c'est clairement son dernier poste, il n'a plus personne à ménager. Étant chiraquien et rien d'autre, il n'est pas lié aux actuels responsables de l'UMP (il est de la génération d'avant) et l'est encore moins avec la gauche. Pour l'indépendance, on peut être tranquille, c'est garanti. Pour la compétence, j'en ai parlé, il a le CV qui va bien, et malgré ses 73 ans, il a encore toute sa tête (pourvu que ça dure).

Sur le fond, Jacques Toubon n'est pas un mauvais choix. D'autres auraient été possibles. Le seul souci, une fois de plus, c'est encore la méthode. Visiblement, si la nomination a tant surpris, c'est qu'une autre personne était attendue : Noëlle Lenoir. Un magazine a même publié l'info, oubliant que François Hollande est capable de changer de pied en quelques heures (ce qui a été le cas). Attendons de voir comment il va gérer la communication autour de ce qui est un choix finalement très acceptable, quand on veut bien l'étudier rationnellement et sans passions.