Jean-Louis Borloo vient de créer un vide politique inquiétant au centre. A la suite de problèmes de santé, il a décidé de quitter la vie politique. Il abandonne donc ses mandats parlementaires (la présidence du groupe UDI) ainsi que la tête du parti. Une zone de dangereuses turbulences s'ouvre au centre. Une succession qui s'ouvre brutalement, sans qu'on l'aie vue venir, provoque toujours des tensions. Mais en plus, elle survient alors qu'aucun dauphin ne s'impose avec évidence, dans un parti où les forces centrifuges sont importantes. L'unité retrouvée du centre peut-elle voler en éclats ?

Jean-Louis Borloo était la clé de voute du centre en France. On ne s'en rendait pas trop compte, car le personnage n'est pas flamboyant. Pourtant, c'est lui a fédéré tout le monde. Arrivé à la tête du vieux parti radical valoisien, il en a pris le contrôle alors que cela n'avait rien d'évident. Il a ensuite fédéré les autres composantes de l'ancienne UDF, les démocrates chrétiens notamment, en créant l'UDI. Dernièrement, en vue des européennes, il a commencé à ramener Bayrou dans l'orbite de l'UDI. On peut penser qu'avec le temps, il aurait réussi à le ramener complètement, achevant ainsi la résurrection de l'ancienne UDF.

Il a aussi mis en place toutes les conditions d'une candidature centriste à l'élection présidentielle de 2017. En 2012, il a hésité à y aller, et a fini par renoncer. La structure de soutien n'était pas mure. Pour faire une présidentielle, il faut un réseau militant solide, une visibilité médiatique et un logo identifié et enfin des financements. En 2012, c'est encore Bayrou qui avait encore les éléments de la candidature. En 2017, cela aurait été Borloo qui avait tout pour se porter candidat. Au sein d'un parti politique de la cinquième république, c'est cette perspective qui fédère et fait tout tenir.

L'UDI va donc devoir se trouver un chef, qui aura vocation à être le candidat à la présidentielle de 2017. Ce n'est pas chose simple car personne ne semble s'imposer. Le premier nom qui me vient à l'esprit est celui de Jean-Christophe Lagarde. Il a tous les atouts pour faire un bon candidat. Il a une présence, une maitrise des médias, une expérience comme élu local et national. Il lui manque d'avoir été ministre et devra travailler sa notoriété médiatique, encore un peu faible. Il devra aussi fédérer les différentes familles de l'UDI, et c'est là que cela va être délicat. Que vont faire les radicaux ? Que va faire Bayrou ? Les haines au sein du Nouveau Centre sont cuites et recuites. Les obstacles ne vont pas manquer...

Les choses devraient se jouer assez vite, avec le vote pour la présidence du groupe à l'Assemblée nationale. Si Jean-Christophe Lagarde échoue, la suite sera compromise pour lui et la famille centriste va entrer dans une crise de leadership qui est son vice fondamental. On n'y aime pas les chefs, chacun est viscéralement attaché à sa liberté. L'ancienne UDF, tout comme l'UDI, n'est pas un parti "positif", construit autour d'une unité doctrinale, c'est un conglomérat de personnalités et de courants idéologiquement très différents, qui cherchent en se groupant à se protéger du grand parti conservateur. L'un des ciments de l'UDI, c'est l'existence de l'UMP. Or, en ce moment, c'est le bazar à l'UMP, qui ne semble pas trop faire peur. Les municipales ont été une bonne cuvée pour le centre, estampillé UDI ou pas. La tentation peut être grande, pour certains, de flinguer celui qui apparait comme un leader trop fort et destiné à durer...