Le gouvernement vient de créer le commissariat général à la stratégie et à la prospective. Il remplace le Centre d'analyse stratégique, qui remplaçait le vénérable commissariat général au Plan. Pour connaitre l'ampleur du changement, j'ai comparé les deux décrets de création. C'est édifiant, voici quelques exemples :

Centre d'analyse stratégique : "Le Centre d'analyse stratégique exerce, sous l'autorité du Premier ministre, des missions de veille, d'expertise et d'aide à la décision pour la conduite des politiques publiques. Afin d'éclairer le Gouvernement dans la définition et la mise en œuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale ou culturelle, il élabore, soit à la demande du Premier ministre, soit de sa propre initiative dans le cadre d'un programme de travail annuel arrêté dans les conditions prévues aux articles 3 et 4, des rapports, recommandations et avis. Il établit un rapport annuel. Il associe à ses travaux des experts, personnalités qualifiées et représentants de la société civile, français ou étrangers".

Commissariat général à la Stratégie : "Il est institué, auprès du Premier ministre, un Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Le commissariat général apporte son concours au Gouvernement pour la détermination des grandes orientations de l'avenir de la nation et des objectifs à moyen et long terme de son développement économique, social, culturel et environnemental ainsi que pour la préparation des réformes décidées par les pouvoirs publics. Par ses méthodes de travail, notamment l'association des partenaires sociaux et des autres parties intéressées, il favorise la concertation, l'élaboration d'analyses et de scénarios partagés et la large participation de l'ensemble de la société française à la réflexion sur l'avenir".

Centre d'analyse stratégique "Il est institué auprès du directeur général du Centre d'analyse stratégique un comité d'orientation qui comprend le président délégué du Conseil d'analyse économique, le président délégué du Conseil d'analyse de la société, le président du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale, le président du Conseil d'orientation des retraites, le président du Conseil d'orientation pour l'emploi, le président du Haut Conseil à l'intégration, le secrétaire général des affaires européennes et le délégué interministériel à l'aménagement et à la compétitivité du territoire".

Commissariat général à la Stratégie "Le commissariat général travaille en réseau avec les organismes suivants : le Conseil d'analyse économique ; le Conseil d'orientation des retraites ; le Conseil d'orientation pour l'emploi ; le Haut Conseil de la famille ; le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance maladie ; le Haut Conseil du financement de la protection sociale ; le Conseil national de l'industrie ; le Centre d'études prospectives et d'informations internationales. Le commissaire général coordonne les travaux des organismes membres du réseau. A cet effet, il réunit leurs présidents, président délégué, vice-président ou directeur. Le commissaire général adjoint réunit, en tant que de besoin, les secrétaires généraux de ces organismes".

"Le Centre d'analyse stratégique est dirigé par un directeur général assisté d'un directeur général adjoint. Le directeur général et le directeur général adjoint sont nommés par décret en conseil des ministres".

"Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective est dirigé par un commissaire général nommé par décret en conseil des ministres, assisté d'un commissaire général adjoint".

La lecture en parallèle des deux décrets montre clairement qu'on a juste changé le nom, changé les dirigeants pour virer des types de droite et les remplacer par d'autres de gauche (surtout ça d'ailleurs) et on a bazardé au passage le comité théodule de Luc Ferry, celui où il plaçait ses amis et qui lui permettait de toucher sa paie de prof sans faire le moindre cours. Pour le reste, strictement rien ne change. On a toujours une pléthore de comités théodules autour du premier ministre, vaguement coordonnés par un organisme central, qui n'est finalement qu'un Think tank public, qui produit des choses plus ou moins intéressantes.

Il y a une vague tentative pour l'associer à la définition des objectifs de long terme : il "conduit des travaux de prospective permettant d'éclairer les pouvoirs publics sur les trajectoires possibles à moyen et long terme pour la France, compte tenu des évolutions prévisibles de la société et de l'environnement européen et international et des études stratégiques permettant d'éclairer l'action du Gouvernement et la préparation des réformes, notamment par une analyse du contexte de la décision et de son impact prévisible à court et moyen terme". Quand on voit comment l'actuel gouvernement pilote à vue, on ne peut que sourire...

Et pourtant, ce ne sont pas les rapports qui manquent, puisque Jean-Marc Ayrault avait demandé un rapport avant de décider cette révolution cosmétique de la prospective française. L'un des plus récents rapports budgétaire, qui date de la fin 2012, parle pudiquement, pour l'ensemble des organismes de prospective, d'un "potentiel sous-exploité" et, pour le centre d'analyse stratégique, d'un "organisme très autonome". Quand on sait qu'il était déjà censé chapeauter les autres, qui étaient encore plus "autonomes", on se dit que ça devaient être des planques en or massif. Et bien ça va continuer à l'être...