René Dosière n'a pas été réinvesti pour les prochaines législatives par le Parti socialiste, au terme d'un vaudeville où la gêne est perceptible. Visiblement, les socialistes ne veulent plus de René Dosière, mais ne savent pas comment s'en débarrasser. Tout cela est assez pitoyable...

Disons le d'emblée, René Dosière n'est pas apprécié de ses collègues PS. Depuis 2002, il s'attaque au budget de la présidence de la République, en dénonçant l'opacité sous Chirac. Cela oblige Sarkozy à avancer et à faire évoluer significativement la transparence sur les comptes de la présidence de la République. Mais si ce n'est pas encore parfait, la sincérité des comptes de l'Elysée a considérablement progressé. Sur cette lancée, René Dosière s'est attaqué à la transparence des comptes de tous les politiques, et notamment de leurs rémunérations. Il demande ainsi la fin du cumul des mandats, la limitation, voire l'interdiction du cumul des indemnités en cas de cumul des mandats (pas idiot pour limiter le cumul des mandats). Il a irrité ses collègues socialistes, qui sont souvent de joyeux cumulards, qui renoncent à cette pratique contraints et forcés.

Et puis en décembre 2011, René Dosière a été trop loin. Il a fait un adopter à l'Assemblée nationale un amendement sur l'écrêtement, système qui permet à un député cumulard de reverser le surplus d'indemnité qu'il ne peut pas toucher personnellement (parce qu'il est plafonné) à d'autres élus de son conseil municipal. Le système est effectivement scandaleux, car il relève du clientélisme politique, au sens mafieux du terme. Mais voilà, il est bien pratique pour "tenir" son conseil municipal" et nombre de députés-maires socialistes y ont recours. René Dosière dérange donc sérieusement en dénonçant les petites magouilles de ses propres collègues...

Les parlementaires forment un groupe doté d'une culture "professionnelle", droite comme gauche, il font le même boulot et ce n'est pas parce qu'on est concurrent que l'on n'a pas, parfois, des intérêts communs. Gare au mouton noir qui s'avise de remettre en cause les règles du clan, qui divulgue les recettes et les petits trafics. C'est un traître, un renégat.

René Dosière s'est élevé, à juste titre, pour plus de transparence et d'éthique. Ses collègues, qui n'ont aucune envie de changer, lui en font payer le prix. Je souhaite vivement qu'il soit réélu et qu'il continue son travail de salubrité publique !