Cette semaine, les députés du groupe Nouveau Centre nous ont fait un caca nerveux comme seuls les centristes savent les faire. Mon fils de 4 ans fait parfois des caprices de ce genre, se focalisant brutalement sur un détail, et hurlant son insatisfaction et sa frustration de ne pas avoir eu le carré de chocolat qu'il convoitait, ou qu'on lui ait donné la main droite au lieu de la main gauche pour traverser la rue.

Nos chers députés Nouveau Centre se sont donc rebellés contre le gouvernement, ils se sont abstenus sur le très secondaire projet de loi sur la protection des consommateurs. Et pourquoi l'ont-ils fait, tout simplement parce que le gouvernement n'a pas voulu accepter un de leur amendement sur la création d'un fichier positif des crédits à la consommation. Ce texte sur la protection des consommateurs est un vaste fourre-tout, qui aborde beaucoup de domaine relevant du droit de la consommation, avec du bon et du moins bon, mais rien de spectaculaire. Aucune disposition concernant le crédit à la consommation n'y figurait, car une loi spécifique avait été votée sur le sujet en 2010, et qu'on ne pas va, à chaque loi, "refaire le match" de la précédente loi. Sur le fond, la question du fichier positif est très complexe, avec de très fortes réticences des banques, mais aussi de vraies questions de fichage de la population et de respect de la vie privée.

A l'heure où il y a tant de sujets importants, où les finances publiques sont au bord du gouffre, cet incident, qui relève du caprice de gosse frustré, serait presque comique s'il n'était pas aussi révélateur de la déchéance du groupe Nouveau Centre à l'Assemblée nationale. En être réduit à s'affirmer sur des détails du niveau cloche-merle, c'est bon pour un député particulièrement investi sur le sujet, mais pour un groupe parlementaire, c'est pitoyable ! Le pire, c'est qu'ils n'arrivent même pas à obtenir satisfaction... Cela rend leur petite révolte encore plus pathétique.

Quand on voit comment les Verts arrivent, au Sénat, à obtenir 7 postes, une présidence de commission, avec seulement 10 sénateurs, on mesure la déliquescence politique des centristes, incapables en plus de s'unir, alors même qu'ils sont déjà peu nombreux. En plus de n'avoir aucun poids politique (ils viennent de le montrer) ils ne sont même plus porteurs d'une idéologie et d'une tradition de pensée identifiable. On se demande même s'ils ont encore une pensée. Quand on en est réduit à poser un ultimatum sur une question purement matérielle, en se couchant devant l'UMP sur les grandes orientations, on se demande encore à quoi sert le Nouveau Centre à l'Assemblée, sinon d'être le Bantoustan de l'UMP.

Je n'avais déjà pas beaucoup de considération pour les centristes. Depuis cet épisode, je n'en ai plus du tout. Si au bout de 4 ans d'existence, ils en sont là, je crois qu'il faut en finir, en 2012, avec le Nouveau Centre.