Mes lecteurs fidèles le savent, je n'aime pas les icones médiatiques et les célébrations émotionnelles sur les médias. Le ramdam autour du décès de Steve Jobs ne peut donc que m'agacer. Et c'est le cas. Un homme est décédé, paix à son âme et condoléances à ses proches. Pour le reste, on est dans le storytelling sentimental et la propagande "néo-libérale" à l'état pur.

Steve Jobs est célébré dans les médias ce matin à plusieurs titres, à chaque fois en termes louangeurs et sans la moindre critique. On célèbre le chef d'entreprise, le patron qui a fait de sa boite une machine à produire du fric comme on en a rarement vu. Certes, c'est une belle "réussite", enfin du moins, quand on considère que la réussite se mesure uniquement au chiffre figurant sur le relevé bancaire. Steve Jobs n'était pas réputé pour être un patron compréhensif, humain et paternaliste. Il était au contraire un grand requin, prêt à tout pour garder ceux qu'ils considérait comme utiles, virant sans le moindre ménagement les autres. Il a mis en place une véritable dictature, avec une hypercentralisation de la décision et un culte du secret digne de la Corée du Nord. Le pire, c'est qu'il a tellement lessivé le cerveau de ses salariés qu'ils en redemandent. Personnellement, je n'aimerais pas travailler dans une entreprise qui pratique un tel management...

C'est aussi un patron qui a été un champion de l'enfumage marketing. Il a réussi à faire oublier à un grand nombre qu'il n'était qu'un simple marchand de produits informatiques. Il s'est présenté comme produisant des produits "à part", avec toutes les recettes du branding qui fait croire à des couillons mal dans leur peau qu'en achetant ses produits, ils font partie d'une élite. Quand j'achète un ordinateur, je n'achète pas un joli bibelot ou une appartenance à un groupe. Cet aspect branding m'énerve au plus haut point, tant cela relève de l'escroquerie ! Je suis désolé, mais j'ai beaucoup de mal à encenser les escrocs...

Steve Jobs a également été un innovateur. Je ne conteste pas qu'il a réalisé des avancées techniques et fait progresser l'informatique. Mais de là à dire qu'il a tout fait, il ne faut pas pousser non plus. Je ne suis pas certain que son apport personnel ait été si impressionnant que cela. Il a aussi innové sur les modèles économiques, avec un système ultra fermé, véritable piège à consommateurs. Une fois avec un produit Apple, il faut acheter chez Apple, faire réparer chez Apple. Et cracher le pognon à chaque fois. Il y a des innovations qui ne sont pas des progrès. Je considère même que le modèle économique d'Apple relève de la prédation des concurrents et du pressurage des consommateurs. Célébrer ce modèle comme une grande réussite est très révélateur des valeurs que l'on célèbre...

Steve Jobs a été une personnalité importante de l'informatique des 25 dernières années, c'est indéniable. Qu'il disparaisse alors qu'il aurait encore pu continuer, c'est dommage (quoique, si c'est pour aller dans le mauvais sens...). Mais on s'arrête là ! Ce fut aussi un autocrate, obsédé par la performance, sans humanité et appliquant comme un bon élève les règles du capitalisme et du culte de la performance. Les humanistes ne pleurent pas Steve Jobs. Il n'y a juste que les gogos qui vont déposer des fleurs devant des magasins...