Le débat sur la laïcité revient sur le devant de la scène depuis quelques années. Dans les faits, il sert surtout aux ennemis des religions à mieux les marginaliser et les exclure de l'espace public. Dans cette affaire, plusieurs intérêts s'entremêlent. Il y a une offensive de l'extrême-droite (relayée par l'aile droite de l'UMP) contre la religion musulmane, avec des sommets de mauvaise foi (sans jeu de mot) pour dénier à l'islam des choses qu'on accepte de l'église catholique, sur des questions de visiblité dans l'espace public. Il y a aussi toute un courant philosophique, qui recoupe largement la franc-maçonnerie la plus sectaire, qui en veut à toutes les religions, en tant que telle, et qui souhaite leur éradication, comme on souhaite la défaite d'un adversaire politique et l'interdiction de ses doctrines et idées.

Un exemple récent, la suppression de la subvention du conseil régional à la radio locale "fréquence protestante", à l'initiative du groupe PRG et de l'extrême-gauche, est révélateur. Cette association relève de la loi de 1901, et n'a strictement rien à voir avec l'organisation du culte et la loi de 1905. C'est, comme radio Notre-Dame pour les catholiques, une radio "communautaire". A ce titre, elle est aidée par le conseil régional, comme toutes les radios locales et communautaires. On peut contester cette politique et considérer que le communautarisme est une mauvaise chose. Mais dans ce cas, on supprime toutes les subventions aux radios communautaires, qu'elles soient religieuses ou pas (au hasard, radio-libertaire...).

Il faut ouvrir les yeux sur cette laïcité, qui est avant tout une nouvelle offensive politique et philosophique des "anti-religion" afin de discréditer la prise de parole publique de gens qui ne pensent pas comme eux. Oui les religions sont légitimes à s'exprimer dans l'espace public car leur discours est "politique", au sens noble du terme. Les religions sont porteuses d'une vision du monde, exprimée avec des nuances de fond et de forme parfois importantes, mais qui se retrouvent toutes sur l'essentiel et surtout, puisent aux mêmes racines, la tradition biblique (même l'islam puise dans ce fond). On ne voit pas en quoi ce courant de pensée devrait être stigmatisé, surtout quand il s'exprime en dehors de toute pratique rituelle et purement "religieuse".

Il est important de réagir en replaçant les choses sur le bon terrain, celui de l'affrontement entre philosophies, entre idées, entre traditions. Il n'y a pas d'un coté de gentils laïcs, qui combattent de méchantes religions. En 1900, cela était peut-être le cas, certainement pas en 2011. Ne nous laissons pas entraîner sur le terrain choisi par nos adversaires.