Dans un intéressant article, Cédric Le Merrer se demande si Wikipédia n'est pas en train de se ringardiser et de couler. Selon lui, Wikipédia ne serait plus un projet "dans l'air du temps" du 2.0. La baisse du nombre de contributeurs, le caractère "obsolète" des outils techniques, seraient des signes d'une marginalisation progressive, qui pourrait, à terme, couper Wikipédia des internautes et faire disparaître son coté "collaboratif" qui fait sa force. Je suis d'un avis très différent. Radicalement différent même ! J'ai plutôt tendance à dire que Wikipédia arrive enfin à l'âge adulte, celui de la maturité.

Même si une encyclopédie n'est jamais complète, il y a quand même beaucoup de choses sur Wikipédia, l'essentiel même. On en est maintenant aux détails. Sur le thème auquel je contribue, les anciens parlementaires, il reste encore du travail, mais l'ensemble des anciens ministres, même ceux qui ne le sont restés que 4 jours, ont leur fiche. Et ces fiches s'enrichissent continuellement. C'est justement dans ces détails que se trouve la véritable valeur ajoutée d'un projet comme wikipédia, car on sait qu'aucun projet "professionnel", c'est à dire mené par des salariés, n'ira aussi loin, pour des raisons bassement matérielles de coût marginal. Certes, c'est moins spectaculaire qu'au début, mais ce n'est pas moins utile.

Cédric Le Merrer déplore aussi que l'on arrive plus à attirer suffisamment de contributeurs. Et c'est là que je diverge radicalement avec lui. Entre quantité et qualité, je préfère très largement la qualité, et si tous les egos démesurés pouvait se casser de wikipédia, j'en serais extrêmement heureux (et je ne serais pas le seul). Oui, Wikipédia s'est "bureaucratisée", ce qui présente des inconvénients, mais aussi des avantages. Le travail est plus sérieux, plus contrôlé, plus cadré. Certes, le "ticket d'entrée" est plus cher, il faut se former, entrer dans un moule, apprendre à se servir d'outils. Cela peut en décourager certains, et c'est tant mieux, car les purs amateurs, armés de leur seule bonne volonté, font plus de dégâts qu'autre chose.

C'est là qu'on arrive à cet éternel sujet du culte de l'amateur. Je pense qu'après quelques années de réseaux sociaux et autres bidules 2.0, on se rend bien compte que les amateurs n'apportent rien ou pas grand chose. Quand on voit les forums ouverts à tous, les fils de commentaires des sites de presse, c'est du n'importe quoi au niveau de la pensée construite et réfléchie. Le dialogue n'y existe pas, personne n'écoute l'autre et chacun assène ses opinions. On est très loin de la délibération démocratique. Dans ce magma informe, Wikipédia tranche complètement. C'est une organisation certes complexe, mais on a devant nous un modèle de fonctionnement démocratique, avec de véritables délibérations. Et en plus ça produit quelque chose, dans un esprit "non marchand". A coté du vaste bavardage inutile produit par les réseaux sociaux, quel contraste !

Bien évidemment, Wikipédia doit faire attention, doit écouter les critiques et les remarques. Mais elle doit surtout préserver son mode de fonctionnement interne, authentiquement démocratique, son esprit non marchand, ainsi que les procédures qui assurent une qualité du produit. Il ne faut donc surtout pas céder au culte de l'amateur. Pour produire quelque chose de qualité, il faut des experts, et internet n'a strictement rien changé à cela. Wikipédia ne doit pas devenir un "social média" pour branleurs en quête de personnal branding. Il y a les réseaux sociaux pour ça.