Je suis allé hier après midi à la réunion organisée par Etalab. Je l'ai trouvée assez intéressante et constructive.

C'est clair, le projet est un vaste chantier à peine ouvert, où il y a encore tout à faire. Ils ne sont que 8, et ont déjà abattu un travail assez conséquent. Mais il reste tant de choses à faire. Monter une réunion à ce moment peut apparaître assez incongru, car il y a plein de questions qui n'ont pas encore le moindre commencement de réponse. En fait, c'est plutôt bien, car d'habitude, les réunions publiques sont organisées une fois que tout est ficelé, pour une présentation top-down. Ici, on sent que tout est mis sur la table et que le travail se fait sous nos yeux, et que les contributions seront potentiellement utiles car arrivant au bon moment.

La réunion a surtout permis de présenter les différents intervenants techniques sur le site, qui doit normalement ouvrir en décembre prochain (bon courage...). Je n'en connaissait aucun, mais c'est normal, je ne suis pas du métier. Ils m'ont tous semblé être des professionnels, qui ont longuement expliqué qui ils sont, quel est leur rôle dans le process et les choix techniques de leur partie du chantier. Cela a suscité quelques questions, mais pas grand chose. On a pu aussi mesurer, parfois en creux, la Montagne qui se dresse devant Etalab. Le nombre de données à traiter est simplement énorme, il va falloir aller les chercher un peu partout et parfois, sans doute, avec les dents. On va heurter des intérêts (les éditeurs juridiques étaient dans la salle et se sont manifestés) et surtout, une culture administrative du secret et de la détention de l'information comme source de pouvoir. Pour l'instant, personne n'est encore sorti du bois car Etalab est à l'état d'embryon. Mais ne doutons pas que les coups ne vont pas tarder à pleuvoir.

C'est sans doute pour cela qu'Etalab prépare le terrain en associant les administrations au projet. Un coordonnateur a été nommé dans chaque ministère, avec un gros boulot de recensement des données et d'évangélisation de leur administration. Un appel au peuple a été également discrètement lancé en fin de réunion : "on ne pourra réussir que grâce à vous, à votre mobilisation". Il faudra sans doute mettre la pression sur les administrations récalcitrantes, et seuls des usagers pourront le faire (y compris sans doute en passant par la voie judiciaire...). Des appels du pied ont été lancés en direction des deux députés présents, qui ont semble-t-il bien enregistré qu'ils seront mis à contribution eux aussi pour faire pression, par le haut, sur les administrations.

Globalement, Etalab me semble bien parti. Avec finalement peu de moyens, ils ont monté une structure qui a déjà un réseau dans les administrations, une assez bonne idée des enjeux, des obstacles. La conception du portail de diffusion tient la route pour l'instant. Et surtout, ils semblent avoir parfaitement compris comment il faut travailler en réseau à l'heure du numérique, et encore mieux, ils ont réussi à me persuader qu'ils sont sincères là dessus...