Je tombe, avec un peu de retard, sur cet article traitant d'une petite querelle entre deux hebdomadaires. Le Nouvel Obs, le vilain, aurait chipé une exclusivité du Point. L'enjeu du litige, le deuxième tome des mémoires de Chirac. Cette petite anicroche est amusante, mais surtout instructive, car Giesbert donne les dessous de l'affaire, et ça éclaire la misère intellectuelle et déontologique de la presse française.

Le Point s'est donc fait voler son exclusivité. Il aurait dû être le seul à sortir les "bonnes feuilles" du deuxième tome des mémoires de Jacques Chirac. Je n'ai aucune idée du contenu de l'ouvrage, mais on peut espérer y trouver quelques piques bien senties pour les uns et les autres, et l'éditeur ne doit pas avoir trop de mal à vendre sur cet aspect là, le français étant amateur de ragots et les méchancetés entre politiques haut placés, c'est toujours réjouissant. Je comprend l'éditeur, qui veut faire la promo de son produit. Je comprend moins les journalistes, qui se prêtent de manière éhonté à cette opération de promotion. Si j'ai bien compris l'article, les "bonnes feuilles" sont sélectionnées et envoyées directement par l'éditeur. Aucune intervention des journalistes, sinon pour mettre en page et ajouter un chapeau "exclusif".

Ce n'est pas vraiment ce que j'attends des journalistes ! Je m'en fout complètement d'avoir avant tout le monde les morceaux croustillants. Cela n'a pas une importance vitale que je sache maintenant ou dans une semaine que Chirac a sorti des vacheries sur Sarkozy. Là où j'attends les journalistes, c'est dans la lecture honnête et impartiale de l'ouvrage, dans la critique, dans la vérification du contenu. Un peu de fact checking sur les mémoires de Chichi, ça aurait du sens... Mais là, je risque d'être cruellement déçu ! Une fois passé la promo du livre, aucune chance qu'un quelconque titre se lance dans cette analyse, qui c'est vrai demande un peu plus de travail et de moyens que de relayer la promo de l'éditeur. Malheureusement, aucun titre de la presse hebdo n'est meilleur que les autres... Et c'est exactement le même topo sur les radios et à la télévision, où on passe son temps à servir la soupe de personnalités en tournée promotionnelle, sans jamais les questionner réellement et encore moins émettre une véritable critique du produit.