Le net vient de découvrir une autre facette de l'incompétence des sénateurs sur les questions numériques avec Pierre Hérisson. Rassurez-vous, il est inoffensif (rien à voir le fou furieux de la Moselle), mais il est vrai que sa prestation récente peut faire peur. Il n'y connait strictement rien à internet, c'est une évidence, mais à part quelques très rares spécialistes (Bruno Retailleau), tous ses collègues sénateurs sont à peu près au même niveau !

Beaucoup s'inquiètent du niveau de maitrise, par Pierre Hérisson, d'un sujet sur lequel il est censé agir. Il est en effet, entre autres choses, président du groupe d'études postes et communications électroniques au Sénat, et président d'un comité théodule, le Conseil supérieur du service public des postes et communications électroniques. Rassurez vous, Pierre Hérisson n'ira pas mettre la pagaille dans le paquet télécom. En fait, il s'occupe avant tout des Postes, et sur ce sujet, il est très compétent. C'est d'ailleurs lui qui est rapporteur, au Sénat, de tous les textes sur la Poste. Il se trouve que le groupe d'étude est fort ancien, et ne s'occupait autrefois que des postes. Quand internet est apparu, on ne savait pas trop à quoi le rattacher, et comme les problèmes des débuts de l'internet étaient avant tout des questions de télécoms, de courriers électroniques, on a rattaché le sujet au groupe d'étude sur la Poste.

Les questions posées à Pierre Hérisson pendant cette interview ne sont pas, à proprement parler, dans son champ d'action. Il s'occupe de "communications électroniques", de la couche réseau. Les usages et les services, ce n'est pas son domaine. Là-dessus, il y a le groupe d'étude "médias et nouvelles technologies", présidé par Catherine Morin-Desailly. Ensuite, Pierre Hérisson n'est pas seul dans son groupe, il a Bruno Retailleau parmi ses vice-présidents, et surtout, il y a un secrétaire administratif, qui est un fonctionnaire du Sénat, qui, lui, connaît le sujet internet sur le bout des doigts. Enfin, je doute fortement que Pierre Hérisson aille s'aventurer sur le sujet du paquet télécom. Jusqu'ici, il n'a jamais pointé le bout de son nez dans les sujets internet, et il est suffisamment malin pour savoir que ce sujet est casse-gueule et qu'il n'a rien à y gagner, bien au contraire.

La vraie question est donc de savoir pourquoi ne pas avoir dit, très simplement, qu'il ne connaissait rien à internet et qu'il n'était pas en mesure de répondre. Sans doute parce que répondre cela aurait été plus dangereux que se lancer dans le flan, comme il l'a fait. Pierre Hérisson est un vieux renard de la politique, capable de noyer le poisson et de faire croire, à un public non averti, qu'il maîtrise le sujet. Tous les lecteurs de numérama se sont bien rendu compte de la supercherie, mais les autres, ceux qui n'y connaissent rien, se laissent prendre. A part Bruno Retailleau, combien de Sénateurs sont en mesure de détecter que Pierre Hérisson vient de jouer un grand morceau de pipeau ? A la limite, les geeks, Pierre Hérisson s'en moque. Il est Sénateur, son mandat court jusqu'en 2014 et a priori, il n'est pas certain qu'il se représente. Le vrai souci pour lui, c'est de garder la présidence de son groupe d'étude "postes ET communications électroniques" en 2011. Avouer publiquement qu'il ne pige que dalle à la moitié de son secteur d'activité, c'est sonner l'ouverture d'une chasse dont il serait le gibier. Il ne doit pas manquer de sénateurs qui seraient enchantés de prendre sa place, ou même seulement de récupérer le secteur "communications électroniques" dans un groupe d'étude autonome.

En politique, surtout dans une assemblée de vieux requins comme le Sénat, admettre une faiblesse, une ignorance, c'est tout simplement suicidaire !