Une iranienne, condamnée à mort par lapidation, est le nouvel engouement du moment de la peoplerie de gôche. Elle et Libé ont lancé une initiative comme seuls les bien-pensants germanopratins savent le faire. Il est de bon ton de s'y associer, c'est quelque part le lieu à le mode où il faut se montrer.

Evidemment, la peine de mort par lapidation est un supplice horrible. La peine de mort, en soi, est déjà un supplice horrible, et réaffirmer notre opposition à ce châtiment n'est pas en soi blâmable. Ce qui m'agace, c'est la récupération et surtout, la manière très narcissique de cette opération médiatique, qui transparaît très bien dans la tribune dégoulinante de sensiblerie de Carla Bruni.

Sakineh Mohammadi-Ashtiani est une belle femme. Même avec un voile. C'est ça qui frappe d'emblée la siliconée Carla Bruni. Oh mon dieu, elle va se faire écrabouiller son beau visage à coup de pierre. C'est là qu'on voit que "Elle" est partie prenante à l'affaire. On aurait eu à faire à une grosse moche, l'emballement médiatique aurait sans doute été moindre. Le coté particulièrement sanglant et barbare de la lapidation a également joué. Cela donne un coté spectaculaire et étrange qui permet à la sauce de prendre. Conscient de cela, il semblerait que les autorités iraniennes aient renoncé à la lapidation (sans pour autant lever la peine de mort). Je signale aux peoples en mal d'engagement qu'il y aurait une quinzaine de condamnés, en Iran, qui attendent la lapidation, que d'autres pays la pratiquent aussi. Si une "cause" nécessite des ingrédients émotionnels forts, c'est qu'en fait, on se mobilise parce que notre petite sensibilité a été choquée.

Deuxième point d'agacement, le retard à l'allumage. On entend parler de tout cela depuis début juillet. La mobilisation est déjà bien lancée, de nombreuses initiatives diplomatiques ont été menées. Elles n'ont pas eu, semble-t-il de succès. Ce n'est donc pas le pathétique défilé de peoples compatissants et narcissiques qui va faire bouger quoique ce soit. Il n'y a aucune besoin de faire une quelconque pression pour que les gouvernements occidentaux se bougent, puisqu'ils ont déjà fait ce qui pouvait l'être à ce stade. On est complètement dans le parasitage, dans la prise d'un train en marche, afin de profiter d'un mouvement médiatique pour faire quelques apparitions médias. Parce que le but est clairement celui-là pour les peoples qui y participent, vu que leur apport efficace est extrêmement proche de zéro !

Ce qui me dérange, c'est que Carla Bruni retrouve ses réflexes de people et oublie, par cette même occasion, qu'elle est l'épouse du chef de l'Etat et que ses interventions publiques, quoi qu'elle dise, sont "quasi-officielles". Quand je lis sa prose, et je me dis que certains, à l'étranger, pourraient penser que c'est la position officielle de la France, j'en pleure.