Après un professeur au collège de France qui refuse la légion d'honneur, voilà un prêtre lillois qui renvoie sa croix de chevalier de l'ordre national du mérite.

On peut refuser les décorations dans la discrétion, et bien en amont de leur remise, et c'est ce que font en général ceux qui n'en veulent pas. En effet, on est informé quand un dossier est monté pour que vous ayez une décoration, car une enquête de "moralité" est menée. Je connais plusieurs personnes qui, se moquant complètement des distinctions honorifiques, annoncent dès ce moment là qu'ils ne sont pas intéressés (et leur démarche est parfaitement légitime). Le processus s'arrête alors. C'est ce que Jacques Bouveresse, le professeur du collège de France avait fait une première fois. L'attribution de la légion d'honneur qui vient de lui être faite est donc un bug regrettable. Mais là encore, il reste une possibilité de la refuser discrètement, en ne se la faisant tout simplement pas remettre ! Pour la légion d'honneur et l'ordre national du mérite, il faut une remise officielle, qui donne lieu à un proces-verbal signé par celui qui remet la décoration. Sans cette formalité officielle, pas possible de vous faire progresser dans la hiérarchie. Certes, votre nom est au JO, mais vous êtes libre de ne jamais porter votre médaille ni d'en faire aucune mention.

Mais voilà, ces deux personnages ont voulu instrumentaliser cela pour des raisons de militantisme politique, ce que je trouve très regrettable, le prêtre lillois ayant en plus dépassé la dose (il est redescendu sur terre depuis). Une décoration telle que la légion d'honneur, c'est la Nation qui exprime sa reconnaissance à ceux qu'elle estime méritants. Le poids des politiques sur les attributions de décorations est plus limité qu'on ne le croit. L'intervention politique joue un rôle d'accélérateur, ceux qui sont proposés auraient eu la médaille, car ils ont les titres pour y prétendre, mais peut être un peu moins vite. Nombre de recommandations arrivent directement des "corps constitués", que ce soit les administrations ou les organisations professionnelles ou syndicales. Les ministres ne font qu'entériner des choix faits plus bas dans la hiérarchie. De toute manière, c'est le conseil de l'ordre de la légion d'honneur qui prend juridiquement la décision d'attribution, et ils vérifient les dossiers. Pas question de faire passer un canard boiteux ou un repris de justice.

Instrumentaliser ainsi les décorations pour des raisons politiques, c'est tomber à coté de la plaque, et c'est quelque part insultant pour tous les autres titulaires de la décoration, qui l'ont reçu dans un tout autre état d'esprit. Quand on regarde les différentes promotions, il n'y a pas que des gens de droite...