Une proposition de loi vient d'être déposée sur la lutte contre la cyberaddiction, visant en particulier les jeux vidéos. Elle semble en inquiéter certains. Certes, l'enfilage de poncifs de l'exposé des motifs est agaçant, tant il révèle une méconnaissance du sujet. Mais on pourrait faire la même remarque pour les initiatives parlementaires (surtout sénatoriales) concernant internet. Pour le reste, c'est un grand vide juridique comme on en fait rarement.

Aucun article de cette proposition de loi n'est normatif. Il se contentent de donner une injonction au gouvernement dans l'article 1er, les articles 2 et 3 demandant la remise d'un rapport. Les députés qui ont cosigné cette proposition de loi l'ont sans doute fait par gentillesse pour la classe qui a rédigé ce texte dans le cadre du parlement des enfants. En plus, ce n'est même pas celle-là qui a gagné cette année. Ses chances d'être discutée sont extrêmement proche de zéro. Elle viendrait à être adoptée, elle n'aurait strictement aucun effet direct. Le rapport serait peut être rendu, le gouvernement y mettant ce qu'il a envie, et après, on le range dans un tiroir, à coté des autres, et on n'en parle plus !

Si on veut vraiment savoir ce que pense le gouvernement du jeux vidéo, on peut voir ici par exemple. Cela permet de relativiser et de sourire à cette mignonne proposition de loi totalement inoffensive.