Le groupe de Travail sur l'Ethique du Numérique vient de rendre son rapport. Je laisse chacun juge du contenu, qui n'a rien de définitif. L'important dans ce rapport, c'est la démarche et l'état d'esprit. La page hadopi est tournée, c'est évident. Les députés UMP se sont mangé la baffe en pleine gueule et ont senti leur douleur. Cela a amené une prise de conscience de la complexité, mais aussi de l'importance politique des sujets liés au numérique. De cette prise conscience, est né ce groupe de travail, avec plusieurs objectifs.

Le premier, c'est d'assurer un minimum de formation aux députés UMP sur les questions du numérique. Tous ceux qui ont suivi les débats sur hadopi ont été affligés de l'analphabétisme numérique des députés et des membres du gouvernement. A en pleurer (parfois de rire, tellement c'était gros). NKM s'y est mis aussi avec ses ateliers de l'élu 2.0, qui ont fait le plein car il y a une vraie demande des élus. Certes, on ne les transformera pas tous en geeks, mais si quelques éléments arrivent à passer, les propositions idiotes, qui prospèrent sur l'ignorance, rencontreront moins de succès.

Deuxième objectif, et c'est celui-là qui est le plus mis en avant par le groupe UMP, réflechir sur le sujet pour établir une "doctrine". Les questions numériques sont incontournables, un grand parti comme l'UMP ne peut pas se permettre de passer à coté du sujet. Il faut donc que certains s'y plongent, décryptent les enjeux et proposent une position de l'UMP. Il se pourrait bien (mais rien n'est écrit) qu'une partie du programme "numérique" pour les prochaines présidentielles, soit écrit par ce groupe. Mais ils ne sont pas les seuls. Les principaux "hadopistes", membres de la commission des affaires culturelles, n'ont pas pris part aux travaux de ce groupe, préférant monter leur propre mission d'information avec la commission des lois. L'important, c'est que le groupe UMP se soit mis au travail sérieusement, et puisse formuler des propositions en comprenant ce qu'ils disent, ce qui n'était pas toujours le cas sur hadopi. On peut être d'accord ou pas, mais au moins, le dialogue et le débat seront possible, il y aura des interlocuteurs en face.

Troisième objectif, passer de la pommade sur l'internaute, particulièrement à cran vis-à-vis de l'UMP. Et c'est vrai qu'après hadopi, loppsi et toutes les conneries qu'ont pu sortir les Lefebvre et Morano, il y a de quoi être énervé. Là encore, certains à l'UMP l'ont compris et veulent travailler à recoudre pour que cela soit cicatrisé pour 2012. Cela montre que les réactions de citoyens finissent par être prises en compte, surtout quand ils votent. C'est un signe que la démocratie fonctionne encore assez bien en France. Il suffit juste de regarder aux bons endroits, ce qui la presse ne fait pas toujours...

Ce travail de fond commence, il ne demande qu'à être enrichi, développé. Ce groupe de travail ne s'arrêtera sans doute pas là, ce qui permettra d'affiner ou de corriger les propositions, de creuser davantage certains thèmes (sur la propriété intellectuelle par exemple). Ce qui me rassure, c'est que la démarche de ce petit noyau est fondamentalement saine. Il ne reste plus qu'à souhaiter que leur travail soit repris par l'UMP et le candidat pour 2012. A chacun de se bouger pour les aider et les soutenir.