"Comment Juppé et Sarkozy ont protégé l'église traditionaliste". C'est le titre (racoleur et un peu malhonnête) d'un article de Rue89, qui montre une fois de plus le biais militant de ce site.

Cet article traite des liens entre Alain Juppé et les traditionalistes catholiques installés dans l'église Saint-Eloi à Bordeaux (l'institut du bon pasteur). On y a rajouté Sarkozy pour le référencement, mais il n'a strictement rien à voir avec cette affaire, sauf qu'il a été ministre des Cultes. Ce n'est pas pour autant qu'il est intervenu personnellement dans tous les dossiers traités par son ministère.

Qu'est-il reproché à Alain Juppé ? Il a confié une église de sa ville, où le culte n'était plus célébré depuis 1981 et qui servait de dépôt pour les archives municipales depuis 1993, à une association loi 1901 qui souhaitait la restaurer. Certes, personne n'était dupe que derrière cette association culturelle, il y a des intégristes lefebvristes (qui sont revenus dans le giron de Rome depuis). On reproche à Alain Juppé d'avoir confié une église aux intégristes, justement ceux qui ont eu droit à la vedette dans une récente émission de télévision.

En quoi cela est-il répréhensible, pour un maire de grande ville, de confier une église aux traditionalistes ? Toutes les adresses des lieux de cultes de la fraternité Saint Pie X sont ici, il y en a quand même pas mal. On pourrait supputer qu'un maire le fasse par sympathie idéologique avec cette frange. Si le maire est FN, c'est possible, autrement, c'est plus que douteux. En fait, les maires répondent à des demandes, et surtout, gèrent des situations de fait. Quand vous avez une communauté qui vient vous demander un lieu de culte, que justement, vous avez des églises vides (que vous devez quand même entretenir), difficile de refuser, ne serait-ce que pour des raisons de paix sociale et de respect de la laïcité (ne privilégie aucun culte). Quand en plus, l'évêque du coin ferme plus ou moins les yeux (lui aussi pour avoir la paix avec ses intégristes) et que, cerise sur le gâteau, ces intégristes prennent à leur charge l'entretien de l'église qui, normalement incombe à la commune, je ne connais pas de maire normalement constitué qui refuserait (à moins d'être un bouffeur de curés patenté).

Certes, l'attribution de l'église Saint-Eloi aux intégristes n'est pas d'une grande régularité juridique. Mais il faut dire que la loi de 1905 est assez rigide et particulièrement protectrice pour les cultes affectataires, et dans ce cas l'église catholique. Mais dans ce domaine, il y a loi et son application, beaucoup plus souple. Bien qu'ayant obtenu l'annulation de la convention de mise à disposition de l'église, l'archevêque de Bordeaux ne semble pas vraiment désireux d'envoyer l'huissier et les CRS pour l'appliquer et faire déguerpir l'abbé Laguerie.

Accorder la disposition d'un lieu de culte, ce n'est pas protéger ni cautionner ce qui s'y dit ou s'y fait ! Je ne pense pas que l'on puisse accuser Bertrand Delanoé de protéger l'église traditionaliste parce qu'il ne fait rien pour les expulser de Saint-Nicolas du Chardonnet, où se sont installés en toute illégalité...