Le préfet du Loiret vient de coller sa démission à Nicolas Sarkozy, suite à l'affaire de la jeune marocaine expulsée, puis autorisée par la grâce royale présidentielle à revenir en France. Dans cette affaire, les services de l'Etat ont fait le boulot qu'on leur demandait. Une obligation de quitter le territoire a été émise, la personne en question se présente à la gendarmerie, elle se retrouve expulsée. Simple application de la loi. Que la décision d'expulser ne soit pas très conforme au droit et encore moins à la "justice", c'est fort possible, mais elle est conforme aux instructions reçues par les préfets, émanant du plus haut niveau de l'Etat.

Au vu de cette réaction, on peut penser qu'un certain nombre de préfets ne suivent ces instructions que par devoir, sans grande gaieté de coeur. On leur faire faire du sale boulot, et en plus, on les casse par derrière. Il y a de quoi tourner chèvre. Personne n'aime être pris pour un con, surtout quand on est préfet de région, qu'on se dévoue à la chose publique et que l'on est loyal. On est en droit d'attendre un minimum de loyauté de ses supérieurs.

Cette démission, qui signe la fin de carrière de ce préfet car il ne quittera plus le placard jusqu'à sa retraite, est le signe du très grand malaise du corps préfectoral. Dans les milieux politiques, on sait que le corps préfectoral est au bord de la déprime, et la dernière réforme, celle qui place les préfets de département sous la tutelle très directe des préfets de région, est très mal passée. Cette affaire va faire tort à Claude Guéant, qui est le véritable "parrain" du corps préfectoral (dont il est issu), qui ne manquera pas d'être accusé de ne pas "tenir ses troupes". Sauf qu'une fois de plus, Sarkozy aura tout fait pour que la marmite arrive à ébullition, dans un management par la pression.

Un signe de plus de la dérive dans l'exercice du pouvoir. Demander aux préfets d'être plus "efficaces", c'est normal, mais en leur donnant moins de moyens et moins d'autonomie décisionnelle, voire en leur cassant les ailes, c'est moins normal.