Jean-françois Copé s'est emparé de la polémique sur le renouvellement des cartes d'identité, dans un magnifique élan de compassion communicationnelle. Il demande aux personnes ayant des soucis de cet ordre d'aller trouver les députés UMP pour qu'ils interviennent auprès des préfectures pour régler les dossiers. J'en pleure !

D'abord, les députés UMP n'ont pas d'ordre à recevoir de Jean-François Copé. Ensuite, ils n'ont certainement pas attendu son appel pour traiter les dossiers de cette nature qui auraient pu leur être soumis. Cette prise de position de Copé, c'est de l'esbrouffe complet ! Mais s'il n'y avait que cela...

En principe, le député est là pour écrire la loi et contrôler l'action du gouvernement. Ce n'est pas une assistante sociale. Malheureusement, la réalité est que trop souvent, il joue l'assistante sociale, ce qui d'ailleurs l'amène à négliger son rôle primordial et la qualité de la législation s'en ressent. On ne peut pas à la fois être en commission à débattre d'un projet de loi et sur le terrain pour trouver un logement HLM à Madame Michu. En plus Copé en rajoute sur l'aspect "député UMP = distributeur automatique de passe-droits". Et ça me hérisse, vous ne pouvez pas savoir. La France crève du copinage, des passe-droits divers et variés, lancer un tel message, c'est renforcer ce système contre lequel il faudrait lutter. Enfin, dernière remarques Après, qu'il ne vienne pas pleurer sur l'absentéisme de ses troupes. S'ils ne sont pas dans l'hémicycle, c'est peut-être parce qu'ils seront dans les préfectures...

Le problème soulevé relève clairement du ministre de l'Intérieur. Il semble que les quelques difficultés rencontrées viennent d'une trouille des fonctionnaires des préfectures qui, sentant le sens du vent sur ces sujet, ne prennent aucun risque et recalent des dossiers où, avec un peu de bonne volonté, on pourrait trouver une solution. Mais malheureusement, l'allergie au risque et à la prise de responsabilité personnelle est une pathologie répandue dans la fonction publique. Arranger quelqu'un d'accord, mais certainement au risque de s'attirer une remarque de ses supérieurs. A cela, il y a un remède : la circulaire ministérielle. Si les ordres sont d'être coulant et souple, bien des dossiers vont se débloquer comme par miracle.

Si les députés UMP veulent être efficaces, c'est en faisant pression sur le ministre de l'Intérieur qu'ils y arriveront, car ils prendront le mal à la racine. Traiter les dossiers individuels directement avec les services préfectoraux, c'est se contenter de traiter le symptôme. C'est révélateur : on s'en moque du problème, ce qu'il faut, c'est réagir à une polémique médiatique lancée par la Gauche et qui à pris. Il apparaît ainsi comme celui qui a la solution, contournant Brice Hortefeux qui est pourtant le vrai détenteur de la solution.

On grille la politesse à tout le monde, on se pose en super-héros, quand bien même on n'a rien à apporter. Une magnifique leçon d'opportunisme politique.