Un maire UMP de la Meuse a été entendu tenant des propos peu amènes pour les immigrés en général, sans pour autant tomber dans le délit pénal. "On va se faire bouffer" et "on les payent à rien foutre". Certes, c'est caricatural et pas très gentil, mais pas de quoi fouetter un chat et porter plainte (sinon, vous pensez bien que certaines associations l'auraient déjà fait).

Pourtant, les responsables de l'UMP, à commencer par Gérard Longuet, sénateur de la Meuse (ce maire est donc l'un de ses grands électeurs) et président du groupe UMP au Sénat ont vivement réagi, parlant de suspendre cet élu de l'UMP. Cette réaction est une tartufferie sans nom.

Si on devait virer tous les militants de l'UMP qui pensent peu ou prou ce dit ce maire, il ne resterait pas grand monde. Et encore, ce qu'a dit ce maire, c'est gentil à coté de ce que pensent certains. On ne peut pas à la fois racoler l'électorat du front national et s'étonner après que le militant UMP de base tienne ce genre de propos, où il ne fait que répéter ce qu'il entend dans les réunions UMP. Il faut être un minimum cohérent. Quand on lance un débat aussi mal ficelé et ambigu sur un thème aussi sensible que l'identité nationale, il faut pas s'étonner que ça dérape. Là dessus, l'UMP récolte ce qu'elle a semé !

Finalement, ce qui est reproché à ce maire, ce n'est pas tant le contenu même de ses propos que le fait que cela ait été médiatisé et ait porté atteinte à 'l'image" de l'UMP. Cela révèle la trouille des dirigeants de l'UMP face au tribunal médiatique. Surtout, ne pas offusquer les bien-pensants qui tiennent les médias. Cela oblige à un grand écart entre ce qu'ils disent à leur base, les grandes lignes directrices qu'ils leur donnent, et l'image modérée qu'ils veulent avoir dans les médias, qui ne colle absolument pas. On nage en pleine schizophrénie ! La droite n'est finalement pas si décomplexée que ça (à part Sarkozy, que l'on aimerait parfois un peu moins décomplexé, vu quand même qu'il est président de la République).

Ce n'est pas le première fois que l'UMP se retrouve ainsi pris au piège de cette contradiction. Rappelez vous la vidéo de Brice, qui tient auprès des militants des propos d'un humour douteux. Ce maire de la Meuse tient exactement le même langage. Il n'est pas raciste, juste un tantinet populiste. Plus de la bêtise qu'autre chose. Mais comme c'est le discours que tiennent devant lui les responsables de son parti, lors des évènements internes, il ne comprend pas pourquoi il se retrouve sur la sellette.

Dans cette affaire, qui est le plus coupable ? Certainement pas ce militant UMP, qui finalement, n'a fait que donner image fidèle de ce qu'est la base UMP. C'est vers les dirigeants (actuels et passés) de l'UMP qu'il faut se tourner et demander des comptes.