Je faisais un constat lors de la dernière république des blogs. Il n'y a finalement que peu de nouveaux entrants depuis maintenant plusieurs mois. Alors qu'il y a encore deux ans, on voyait se créer de nouveaux blogs politiques (puisque c'est la catégorie que je suis le plus), depuis un an, je cherche qui a émergé. Je n'en vois pas beaucoup. Il y en a qui arrêtent, mais personne pour les remplacer.

Ce constat semble assez partagé et l'explication en serait l'émergence du microblogging et l'essor des réseaux sociaux. Je suis assez d'accord avec cela. Un certain nombre d'acteurs ont délaissé le format blog, où n'y sont jamais entrés car finalement, twitter, facebook et friendfeed leur convenaient, soit qu'ils n'aient pas grand chose à dire et que 140 caractères suffisaient, soit parce qu'ils n'avaient ni le temps ni le goût de se lancer dans l'exercice du blog, hautement chronophage. J'aimerais bien lire un blog tenu par ls01 par exemple. Malheureusement, il se contente de sévir sur Twitter, friendfeed et éventuellement en commentaire. C'est quelque part un regret et un signe du déclin du format "blog".

Mais cela ne signifie pas la mort des blogs, mais au contraire, leur renaissance. Les réseaux sociaux, c'est bien, les connecteurs, c'est super, encore faut-il qu'il y ait des contenus sur lesquels discuter et échanger. Bien évidemment, l'essentiel des contenus qui seront utilisés et relayés sur twitter et les réseaux sociaux viendra des médias en ligne. Mais je pense qu'il restera encore une place pour les blogs, à condition qu'ils apportent une valeur ajoutée. Ce relèvement des exigences va écrémer encore davantage et accélérer ce déclin du nombre de blogs.

L'effet ciseau va être redoutable : plus besoin d'avoir un blog pour exister numériquement, et si on a un blog, il faut le tenir sérieusement et régulièrement pour qu'il permette d'exister réellement comme producteur de contenus. Combien vont rester ? Certainement moins qu'actuellement, c'est évident. En fait, seul le haut du panier surnagera, c'est à dire ceux qui ont un vrai contenu, que ce soit dans les informations qu'ils apportent, les analyses qu'ils produisent ou tout simplement les histoires qu'ils racontent. Débarrassée de tous les bavards, de ceux qui n'ont rien à dire et se contentent de relayer ce que d'autres disent (et notamment en collant à l'actualité), la blogosphère se recentrera sur son "coeur de métier" et y gagnera en crédibilité et donc en visibilité. Cela n'empêchera pas d'être à la fois blogueur et gazouilleur, mais faute de temps, il faudra privilégier un aspect (j'en sais quelque chose...). Quelque part, c'est la mort du concept de Narvic.fr qui se voulait un "blog de liens". On va aussi assister au déclin du lien au sein des billets de blogs, ce que certains ont déjà remarqué, et qui n'est finalement pas plus mal, car trop de liens tue le lien. Les billets de blogs vont pouvoir se reconcentrer sur le contenu.

De nouveaux équilibres vont se mettre en place, avec sans aucun doute un rapprochement des blogueurs qui resteront avec des médias "classiques" qui étofferont de plus en plus leur branche online. Déjà, plusieurs médias découvrent l'intérêt d'avoir une plateforme de blogs (qui ne soit pas uniquement composée de blogs tenus par des journalistes). Cette fameuse fusion "blogueurs-journalistes" est peut-être plus proche qu'on ne le pense (il faut bien finir sur un peu de troll).