Pierre Bédier n'est plus député des Yvelines. Sa suppléante le remplace puisqu'il a vu sa mission prolongée. Le code électoral prévoit en effet qu'en cas de prolongation d'une mission au delà de six mois, le suppléant remplace définitivement le titulaire. Les missions parlementaires sont choses courantes, mais leur prolongation au delà de six mois sont exceptionnelles et n'ont strictement rien à voir avec un besoin de temps supplémentaire pour achever la mission. A chaque fois, il s'agit de faire passer le fauteuil au suppléant en évitant une élection partielle.

C'est bien entendu le cas pour Pierre Bedier, qui sera, selon toute probabilité, déchu de ses mandats. Condamné en première instance et en appel pour corruption, il attend de connaitre le sort qui sera réservé à son pourvoi en cassation. Il le sait déjà, tous le savent, c'est pourquoi il prend les devants. Tout cela dans le dos des électeurs, grâce à une petite manip pas très reluisante.