Ségolène Royal frappe fort. En visite en Afrique, prenant le contre-pied de Nicolas Sarkozy, elle s'excuse du discours de ce dernier, prononcé à Dakar en 2007 et finit par remettre en cause la Francafrique. Quasiment en même temps, elle considère comme légitimes les séquestrations de patrons dans les entreprises en difficulté.

Même si je ne suis pas en accord avec certaines de ses positions (notamment sur la légitimité des séquestrations), je considère qu'elle secoue une vie politique française complètement momifiée, réduite depuis 25 ans à n'être qu'un filet d'eau tiède. Elle est "malpolie", ne respecte pas les règles du savoir-vivre de la classe politique "de gouvernement", cela, je ne le lui reproche pas (au contraire). Par contre, j'ai quelques craintes sur la profondeur de ses convictions. Croit-elle vraiment tout ce qu'elle dit ? Si oui, elle est un OVNI politique, encore plus "novatrice" que Sarkozy, tout en étant de même nature. Tous les deux ne sont pas des "purs produits du système", formatés dès leur plus jeune âge pour diriger le pays. Tous les deux n'hésitent pas à imposer des débats non consensuels et à bousculer, au risque de braquer vivement leurs opposants.

Sarkozy a prouvé que sur les sujets où il s'est exprimé fortement, il ne varie pas tellement. Bien entendu, il doit parfois attendre, reculer sur certains aspects, mais depuis son élection, il n'y a pas eu de grand reniement comme le tournant de la rigueur en 1983 pour Mitterrand ou l'arrêt des réformes dès décembre 1995 avec Chirac. J'ai peur que Ségolène Royal n'ait pas cette constance et cette cohérence. Elle va parfois très loin, avec un bénéfice à court terme indéniable. Mais à plus long terme, elle se met une pression énorme, car on récolte ce que l'on sème. Ces discours et ses prises de positions de 2008 vont la suivre jusqu'en 2012. Elle va devoir bâtir une cohérence intellectuelle et maintenir une constance de ses positions de fond. Si elle y arrive, c'est qu'elle une femme politique de très haut niveau. Si elle échoue, elle n'aura été qu'une démagogue plus culottée que les autres, et donc plus dangereuse pour notre démocratie.

On ne prend pas sans risque de telles positions. J'espère sincèrement qu'elle sait ce qu'elle fait.