Vous connaissez tous mon affection profonde pour les mouvements de masse où on vous fait croire qu'avec un petit geste de rien du tout, vous allez, vous oui vous, sauver la planète. Hier soir, c'était "villes dans le noir". Vous pensez bien que j'ai laissé toute mes lumières allumées, comme d'habitude. Pour un peu, je les auraient toutes allumées pour les éteindre au moment où les autres les rallumaient, histoire de diminuer, un tout petit peu, le choc de demande d'énergie que cela n'a pas manqué de provoquer (les réseaux, ils n'aiment pas trop ça).

On me dit que c'est une opération destinée à promouvoir les actions de lutte contre le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique, il est du à notre intense activité, toujours plus rapide et fébrile, voulue et organisée par un système que certains appellent capitalisme. Pour se perpétuer et nous faire consommer toujours et encore, ce système recours à un intense matraquage médiatique et promotionnel. La vraie solution pour lutter contre le réchauffement climatique serait de rompre avec ce système (je sais ce n'est pas évident du tout).

On en est loin, et on le voit avec cette opération, qui s'inscrit parfaitement dans le concert promotionnel du système capitaliste : un "évènement" purement articiel, n'apportant rien et uniquement motivé par le volonté de faire du bruit et attirer l'attention. Des personnes vont considérer avec fait leur part dans la lutte contre le réchauffement climatique et vont, en toute bonne conscience, reprendre le cours normal de leurs activités.