Cet après midi, j'ai rencontré Alain Minc en petit comité (Dagrouik, Vogelsong, Olympe et Nick), pendant une heure et demie, dans les locaux du journal Vendredi, à l'invitation de Jacques Rosselin. J'avoue avoir longtemps hésité. Le moment n'est pas optimal (en début d'après midi un jour de semaine), j'ai une image assez mitigée de la personne d'Alain Minc et franchement mauvaise de son action (maintenant, ce n'est qu'une opinion construite à partir des informations qui me sont parvenues) et je ne savais ni le pourquoi ni le comment de cette rencontre. Mais la curiosité a fini par l'emporter, j'y suis allé.

Pendant une heure et demie, nous avons discuté à bâtons rompus. Alain Minc est un habitué de cet exercice et il s'est un peu amusé à nous tester, rien de bien méchant, sans se dévoiler. Je n'ai pas appris grand chose sur Alain Minc, ni sur la personne en elle-même, ni sur le fond de sa pensée. Pas de off croustillant à vous livrer, et de toute manière ce n'était pas le but de l'exercice. En fait, je n'ai pas tout à fait compris quel était le but de l'exercice, sinon pour Alain Minc de rencontrer des blogueurs. Pas de message à passer, pas de demande de sa part. Et pourtant, il nous a consacré une heure et demie, ce qui représente certainement une belle somme, vu le coût horaire faramineux qu'il ne doit pas manquer de facturer à ses clients.

J'ai clairement senti dans les échanges que Minc joue auprès de Sarkozy, et d'autres, un rôle de radar. Et il y a un machin appelé "internet-blogosphère" qui est entré dans le champ du radar. Le signal n'est pas énorme, il est périphérique, mais intrigant. Cela valait la peine d'aller y voir de plus prêt et c'est ce qu'il a fait. C'est, à mon avis, l'information essentielle de cette rencontre, le fait qu'elle ait eu lieu bien plus que ce qui a pu s'y dire. Ensuite, qu'est ce que cela va donner, je n'en sais rien. Mais c'est le signe que les "blogueurs" commencent à être pris en considération comme acteurs (certes très mineurs) du champ politique.