C'est reparti pour un tour. A peine les antennes relais sorties de l'actualité (pour y revenir, n'en doutez pas) voilà que c'est un autre fantasme qui prend le relais, les OGM, avec l'annonce de ce rapport de l'Afssa concluant à l'inocuité de la variété de maïs OGM MON 810, de la firme Monsanto. Il répond à un autre rapport, celui du professeur Maho, qui allait dans le sens contraire, et qui avait été publié fort opportunément pour soutenir la demande, très politique, du gouvernement de suspension de la commercialisation de cette variété de maïs. J'attend maintenant la réponse des opposants aux OGM, qui arriveront bien à dégotter un scientifique pour pondre un autre rapport démolissant ce rapport de l'afssa.

En tant que citoyen, je suis encore plus dans le brouillard. Je suis bien incapable de juger de la validité scientifique de ces études, et tout aussi incapable de juger de la valeur des cautions scientifiques de ces rapports. On peut me citer le professeur trucmuche ou le scientifique bidule, leurs noms ne me disent rien et depuis longtemps, je sais que les titres officiels ne révèlent pas grand chose et qu'en comparant, c'est tout aussi ronflant d'un coté comme de l'autre. Et surtout, je sens parfaitement que les risques d'instrumentalisation par des intérêts financiers ou politiques sont importants. Rien donc pour emporter ma conviction, bien au contraire.

Qui croire ? Le principe de précaution voudrait qu'on ne fasse rien qui ne présente un risque. Mais avec ça, le feu n'aurait jamais été homologué au moment de sa découverte. Vous vous rendez compte du danger que le feu représente : les incendies, les intoxications. C'est plein de substances cancérigènes et je ne vous parle pas du bilan carbone ! Aujourd'hui, le feu ne pose pas de problèmes dans les esprits, même s'il cause encore bien des morts et des maladies. Ce n'est pas un problème car on a une vision complète des risques. On sait, donc on ne fantasme pas et on utilise le feu à bon escient, de manière contrôlée.

Pourquoi n'en serait il pas ainsi du maïs MON 810 ? Il présente des avantages (sinon, on ne le cultiverait pas), il a bien quelques inconvénients, mais à partir du moment où on les connait, qu'ils ne sont pas rédhibitoires, ou qu'ils sont maitrisables, je ne vois pas où est le problème. Le gros souci pour l'instant, c'est qu'on ne dispose pas de cette information, qu'une communauté scientifique que l'on croyait omnisciente et omnipotente n'est pas en mesure de nous donner. Si encore il n'y avait que nous, on pourrait attendre pour avoir une information vérifiée. Mais nous ne sommes pas seuls sur terre, et d'autres ont déjà fait des choix qui, quelque part, engagent le monde entier et donc nous. La question qui se pose, ce n'est plus OGM ou pas, c'est "on monte dans le train ou on reste à quai", en sachant que dans l'histoire, le sort des peuples qui sont restés à quai est rarement enviable.