Ségolène Royal est en campagne, et tous les moyens sont bons, y compris d'aller draguer ouvertement Georges Frêche, dans l'espoir d'obtenir son soutien, et donc un paquet de voix dans la très importante fédération de l'Hérault.

Que le fonctionnement d'une telle fédération puisse ressembler beaucoup à celui d'un clan mafieux, que le personnage de Georges Frêche soit humainement absolument détestable, cela ne semble pas déranger Ségolène Royal. Une voix c'est une voix, et ce n'est pas le moment d'être moralement regardant sur les soutiens.

Et pourtant, c'est dans ces moments là, au contraire, qu'il faut être regardant. Car un type comme Georges Frêche, il ne laisse jamais un dette trainer, et il utilisera son droit de tirage jusqu'à la dernière goutte. Ségolène Royal peut promettre une "moralisation", et tout ce qu'elle veut, vous pouvez être certains que plusieurs fédérations (au hasard le Rhône, les Bouches-du-Rhône et l'Hérault) seront épargnées par un éventuel "grand ménage". C'est dommage, parce que c'est justement là qu'il y en aurait bien besoin. Elle est en train de se lier la mains en cas de victoire, et quoiqu'il arrivera, entache sa réputation de probité et de hauteur morale (si tant est qu'elle en ait une). Et dire qu'elle accuse un autre d'avoir perdu le sens de l'honneur...

Et combien de deals est-elle en train de passer en ce moment, et avec qui ? Je suis certain que si le diable se présente, et qu'il a avec lui un paquet de procuration de militants PS, Ségolène serait prête à passer un accord avec lui et à prendre sa défense.