Cela semble maintenant crédible, les wallons considèrent le rattachement à la France comme un avenir possible, voire souhaitable et les français ne sont pas, à priori, hostile à cette idée.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

D'abord, la Belgique n'a pas éclaté, et peut-être qu'elle tiendra encore un certain temps. Ce rattachisme n'est peut-être qu'une réponse des wallons aux flamands : Vous voulez jouer aux cons, allez y, mais on vous prévient, on a une solution de remplacement. De quoi faire réfléchir les flamands.

Les wallons, c'est comme les québecois, ça parle français, mais ce ne sont pas pour autant des français ! On fait parfois un peu fi des habitudes, des particularismes culturels (même si la proximité est grande), d'une certaine fierté. Si le mariage se fait, il risque d'y avoir un temps de "digestion" assez long, avec des incompréhensions et des aigreurs des deux cotés.

Avant d'acheter, il faut regarder le produit. Si les flamands n'en veulent plus, c'est qu'il y a peut-être des raisons... Sans vouloir être méchant, et sans entrer dans les détails (que je maitrise mal), la Wallonie n'est économiquement et politiquement pas bien belle à voir. Après plusieurs décennies de socialisme, certaines zones connaissent des taux de chômage hallucinants. La classe politique belge (notamment socialiste) est un ramassis de minables et d'incompétents. D'ailleurs, on le voit bien à leur bilan ! Nombre de belges en sont désespérés.

Je sais que les évènements peuvent parfois s'emballer au point qu'une chose, considérée comme absurde et irréaliste se réalise finalement quelques années plus tard. Qui aurait dit, le 4 mai 1789, à la veille de l'ouverture des Etats Généraux, que 4 ans plus tard, le pays serait une république et que Louis XVI serait monté sur l'échafaud ?