Je partage le malaise de François Brutsch sur l'appel médiatiquement lancé par David Servan-Schreiber à propos des dangers des téléphones portables.

D'abord le sujet. Les dangers des téléphones portables, mais aussi des antennes relais, c'est une tarte à la crème médiatique dont j'ai eu l'occasion de parler récemment. Les études "scientifiques" permettent de conclure ce qu'on veut, et si le portable fait des victimes, ce sont surtout des personnes qui conduisaient en téléphonant. Rien à voir avec l'électromagnétisme. Tant qu'on n'a pas l'oreille en pop corn, ça va !

Ensuite le personnage. Je partage complètement les réserves de François sur le "conflit d'intérêt permanent" qu'est David Servan Schreiber, qui en tant que "scientifique" vante les mérites de produits qu'il commercialise ! après le coup des oméga 3, comment arriver à accorder une quelconque crédibilité à un tel individu !

Certains me diront que les règles du monde médiatique font que, pour arriver à faire passer un message, il faut des locomotives, c'est à dire des personnalités identifiées par les journalistes sur le créneau en question, avec un carnet d'adresses et donc capables de décrocher un article dans Libé-Le Monde-Le Figaro avec toutes les reprises qui suivent. Le tout est de bien choisir sa locomotive, car beaucoup sont finalement pas de si bons porteurs de messages que cela. Avec David Servan Schreiber, on se demande s'il sert la cause à laquelle il donne une visibilité médiatique, ou s'il s'en sert. Ne nous leurrons pas, à chaque fois, il y a des deux, le tout est de savoir où on met le curseur...