Le gouverneur de l'Etat de New-York est poussé vers la sortie, pour avoir eu recours aux services de prostituées. C'est vrai qu'aux USA, ils sont assez chatouilleux sur le sujet, et encore plus (à juste titre) quand l'élu en question s'est donné une image d'éthique irréprochable. Après tous les scandales de ce type aux USA, toutes les démissions (ou pas loin) pour une simple fellation, pour un appel du pied dans les toilettes d'un aéroport, il y en a encore qui prennent de tels risques alors qu'ils sont en fonction.

Ce n'est pas en France que cela risque d'arriver. Non pas que nos politiques soient vertueux (je vous en raconterais de belles...), mais parce que la "chose" n'est pas vue de la même manière. Sauf dérives graves (pédophilie) ou sexualité "hétérodoxe", les français soit s'en moquent, soit en rient. Comme le sujet ne sent pas le souffre, et donc ne fera pas vendre, les journalistes ne s'y intéresse guère. Bien au contraire, le journaliste qui s'amuserait à balancer sur le sujet se ferait jeter. Il y a bien quelques bouquins (genre sexus politcus), mais ils sont bien timides, et on n'y apprend rien ou presque. Accessoirement, notre classe politique serait décimée si tous les coupables d'adultère devaient démissionner de leurs fonctions !

Que penser sur le sujet ? Les pratiques sexuelles et le sens de la fidélité conjugale doivent-elle entrer en ligne de compte dans l'évaluation que l'on fait d'un politique ? Et si on répond oui, pourquoi s'arrêter en si bon chemin. Intégrons donc dans les critères, non seulement la question de la fidélité conjugale, mais aussi l'ensemble de son comportement privé, de son attitude avec son entourage, aux remarques "off" et exigeons d'avoir des saints. Cela est intenable ! C'est pourtant cette quadrature du cercle que tentent d'obtenir les américains, et dans une moindre mesure, l'ensemble des pays anglo-saxons. Je préfère de loin notre position française, qui est d'évaluer, non pas la personne, mais son action. Je ne demande pas aux élus d'être des saints, je leur demande d'être efficaces. Entre un incompétent moralement irréprochable et une crapule hyper-efficace, je ne sais pas où irait mon vote. Tout dépendrait sur quoi porte la crapulerie...