L'église catholique vient de rénover une de ses vieilleries, la liste des péchés. Encore un truc inutile, sinon pour mieux "tenir" ses ouailles, par la culpabilisation, dont seule l'église peut les délivrer par la confession et l'absolution. Commercialement, c'est une opération fabuleuse : on a une clientèle captive, chez qui on a créé le besoin d'un produit dont on a le monopole ! Et on a même prévu la menace pour les clients récalcitrants : l'enfer, dont on rappelle périodiquement l'existence, comme le père noel. Personne ne l'a jamais vu, mais il existe quand même.

J'ai une autre vision de la chose (le péché). D'abord, l'enfer n'existe pas, c'est une invention humaine, de même que le purgatoire. relisez Jean Delumeau, il a très bien expliqué cela. Pour le protestant que je suis, la question du "mal" que nous faisons ne se pose pas du tout de la même manière. D'abord, "bien" et "mal" sont des notions contingentes et ce qui au Moyen-âge pouvait passer pour un péché horrible (la fornication, par exemple, qui est la simple pratique de relations sexuelles hors mariage) n'est plus aujourd'hui considéré comme tel, sauf par quelques illuminés très minoritaires. D'ailleurs, l'église catholique reconnait cet aspect en remettant à jour sa liste des péchés. A partir de là, moi aussi, je peux me faire ma petite liste de péchés, puisqu'en vertu de la doctrine protestante du sacerdoce universel, je suis aussi inspiré divinement que le pape (rien que ça). Cela vide pas mal la notion de son sens "religieux" et la remet à sa place, celle d'une construction humaine.

Bien entendu que nous pouvons mal faire, que nous faisons mal. Nul n'est parfait, mais lorsque nous faisons des conneries, il y a deux possibilités : assumer et réparer en s'efforçant de ne pas recommencer, c'est la réaction d'adulte. Ou se réfugier auprès d'une autorité supérieure, qui va vous absoudre, jusqu'à que vous recommenciez, vous permettant ainsi de fuir vos responsabilités, c'est la réaction infantile. Il faut pourtant bien se rendre à l'évidence, Dieu est au ciel, pas sur terre. Si nous ne nous occupons pas de réparer les conneries que nous faisons, personne ne s'en chargera à notre place. D'où le choix des protestants de ne pas perdre de temps et d'énergie avec toutes ses fariboles de péchés, de confession, d'enfer et d'absolution qui ne sont que de l'infantilisation. Certes, bien des catholiques arrivent aussi au même endroit et se comportent en adultes, mais ce n'est pas forcement le Vatican qui les y encourage !