Les militants d'extrême-gauche ont trouvé un nouveau truc (enfin pas si nouveau), se mettre en danger pour obtenir le retrait d'une mesure votée le, plus légalement du monde par les représentants légitimes du peuple.

Après le malade du SIDA, ce sont des insuffisants rénaux qui s'y mettent. C'est vrai que le malade du SIDA peut mettre un peu trop de temps à mourir, ou à se trouver suffisamment mal pour que cela fasse pleurer dans les chaumières. Médiatiquement pas bon. Au moins, les insuffisants rénaux, c'est plus rapide, en deux semaines, il peut se retrouver entre quatre planches (dixit le médecin). On est déjà plus dans le temps médiatique. Le pire, c'est que certains, soutiennent, avec des contre-vérités comme arguments. dire : "Lorsqu'on a pour seul revenu l'allocation adulte handicapé, 100 euros de plus, c'est beaucoup". D'abord, les franchises sont limitées, à 50 euros par an, et surtout, les bénéficiaires de la CMU en sont exonérés. Mais bon, leur écrire pour leur exposer une argumentation rationnelle, comme l'a fait Sarkozy, cela ne sert à rien. Ces gens là sont dans le militantisme de mauvaise foi !

Cela me rappelle Jean Lassale et sa scandaleuse grève de la faim pour empêcher une délocalisation à 60 kilomètres (donc en dehors de sa circonscription). Le chantage à l'émotion est une méthode absolument anti-démocratique, c'est ni plus ni moins que de la prise d'otage, d'autant plus scandaleux que ces actions sont menées pour des broutilles, des mesurettes. La France n'est pas une dictature au point qu'il faille en arriver à de telles extrémités pour se faire entendre !