On vient d'apprendre, via Reuters, que le fils de Nicolas Sarkozy est convoqué au tribunal pour un accident de scooter, et qu'en plus, il aurait un "geste". La meute va sans doute se déchainer sur cette base pourtant bien fragile. Le titre racoleur de libé "un des fils de Nicolas Sarkozy poursuivi en correctionnelle" en est déjà l'illustration.

Les faits remontent à 2005, et c'est seulement maintenant qu'une assignation est expédiée au jeune Sarkozy. Il va être temps. Que lui est-il reproché ? D'avoir un peu frotté une voiture avec son scooter, et d'être parti d'une manière qui a déplu au conducteur (et que certains n'hésitent pas à qualifier de délit de fuite). L'ampleur des dégâts : 260,13 euros ! Vu le prix des réparations sur une automobile, à ce tarif là, c'est de la peinture éraflée. Bien entendu, la dépêche ne reprend que la position du conducteur de la voiture, sans que l'on sache qui était en tort. Ce n'est pas évident à déterminer, la place de la Concorde étant un véritable coupe-gorge pour automobilistes, chacun se doublant de tous les cotés, les scooters et motos se faufilant à une vitesse parfois ahurissante. Et de toute manière, on s'en fout. Combien d'accrochages entre véhicules à Paris tous les jours ? Un bon paquet, et si on devait poursuivre sous le qualificatif de délit de fuite tout ceux qui ne s'arrêtent pas après un peu touché un autre véhicule, on n'en aurait pas fini !

L'information vaut-elle un article dans le Monde et Libé ainsi qu'une dépêche chez Reuters. Sans doute pas, mais c'est vrai que porter le nom de Sarkozy fait de vous une cible médiatique. Comme si on était responsable de ses parents.