Cet été, la SPA a été tête de file d'une offensive médiatique contre les corridas. L'agitation médiatique a été menée de manière très professionnelle, avec des peoples qui écrivent à Sarkozy, des pages de pub dans des magazines (Marianne entre autres), un bon petit "scandale" avec le refus par Bureau de vérification de la publicité d'un spot où Renaud y allait à l'arme atomique. J'ai reçu plusieurs mails sur le sujet et je ne dois pas être le seul. Bref, du beau boulot de com'.

Je n'ai personnellement jamais assisté à une corrida, parce que je n'en ai jamais eu l'occasion. J'ai jusque maintenant très peu (pour ne pas dire jamais) fréquenté le sud de la France. Je connais des personnes qui y sont allées et n'ont pas accroché et d'autres qui sont de véritables afficionados. Cela ne m'empêche pas de m'élever vigoureusement contre la scandaleuse campagne menée par la SPA, qui relève de la manipulation.

Les images que la SPA nous donne à voir sont dégoulinantes de sang, floues, destinées à dévaloriser complètement, à discréditer sans qu'il y ait besoin d'examiner le dossier au fond. C'est une pratique que l'on retrouve chez tous les militants, ceux qui sont convaincus de détenir la vérité et se sentent investis de la mission de la faire adopter par tous, quelqu'en soient les moyens. Certes, la corrida se termine par la mise à mort de la bête, même si parfois, elle est (rarement) épargnée. La corrida, c'est avant tout un évènement culturel, où la mort et la violence ne sont qu'une partie du spectacle. La corrida, c'est d'abord un rituel très ancien, avec ses codes, ses enjeux et sa symbolique, avec un sens. La violence et la mort n'y sont pas gratuites, bien au contraire ! Vouloir imposer par des moyens déloyaux la suppression de cette pratique, c'est nier la valeur et détruire une partie de la culture du sud de la France, c'est imposer à d'autres ses propres systèmes de valeur. On appelerait cela du néo-colonialisme et de l'ethnocentrisme si cela ne se passait pas entre français...

Toutefois, cette campagne pose une question intéressante, celle de la place de la violence et de la mort dans notre société. L'évolution générale est celle d'un refus de la mort et de la violence, qu'il faut supprimer, ou à défaut masquer. Les militants de la SPA sont en plein dans cette logique, leur campagne étant axée sur cette question de la violence faite aux animaux et de leur mise à mort. Ils jugent l'existence de telles pratiques inacceptables, et sont encore plus outrés qu'elles fassent l'objet d'un spectacle et d'une mise en scène. Le véritable débat est là : Doit on occulter totalement la violence et la mort, sachant que l'on ne pourra jamais les supprimer ? La corrida est justement un spectacle qui met en scène la violence et la mort, mais en les canalisant en les encadrant, en leur donnant un sens et quelque part en les exorcisant. Ces rituels sont absolument nécessaires, pour nous rappeler que la violence existe, qu'elle est au plus profond de nous, au coeur de notre part animale. Il faut la connaitre pour être préparés à la vivre, à y faire face, car c'est inévitable.

Que la corrida doive évoluer pour suivre l'évolution des mentalités, c'est souhaitable, et il existe bien d'autres alternatives que la suppression pure et simple. C'est d'ailleurs assez paradoxal de voir ces militants "écolos", qui souvent se disent non violents, utiliser l'agression, la manipulation, la pression psychologique pour faire avancer leur cause.