Romain, jeune journaliste, s'est retrouvé en prison, un beau soir de mai 2007, après avoir été arrêté place de la Bastille à Paris, un pavé à la main, lors d'affrontements avec la Police.

Aujourd'hui, ce jeune homme tient un blog, enfin, on en tient un pour lui. Il est plutôt bien écrit, avec du fond. Une vision de la prison de l'intérieur, ce n'est pas si fréquent. A coup sûr il en tirera un bouquin à sa sortie de prison, dans peu de temps maintenant. Dans ce blog, il raconte son quotidien de prisonnier, on le sent proche, humain, presque un copain parti en vacances sur une île lointaine. C'est d'ailleurs le but de cette opération, donner de la chair, de l'épaisseur, de la proximité à une personne qui n'est jusque là qu'un prénom, pour en faire un martyr.

C'est l'une des multiples opérations qui vont être montées pendant cinq ans pour tenter de faire passer Nicolas Sarkozy pour un dictateur sud-américain, un nouveau Pinochet. Et ce Romain est parfait pour ouvrir le bal. Il a tout pour que les 25-35 ans, lecteurs de blogs urbains, cultivés et plutôt aisés s'identifient à lui. Parisien, profession intellectuelle, vie rangée et classique, hétéro, blanc. Et que lui est-il arrivé ? il est tombé sous les coups de "gestapo sarkoziste". Cet "innocent" va purger quatre mois de prison ferme alors qu'il n'a fait que caillasser la police, ce qui pour certains dans cette mouvance est une action louable et légitime. On crée ainsi une bannière, une image pieuse, comme autrefois les chrétiens persécutés avaient leurs martyrs sanctifiés et objets de culte.

Cette histoire pieuse peut être vue sous un angle plus prosaïque. Comme l'explique très bien maître Eolas, Ce jeune homme a violé la loi, en pratiquant ce que l'on appelle des "violences volontaires". Que diriez vous si on vous lançait un pavé sur la figure ? La loi est la même pour tous et je ne pense pas que celle qui réprime les violences volontaires soit illégitime. C'est pourtant ce que suggère, en filigrane et sans le dire ouvertement, l'existence même de ce blog, parce que cette violence serait exercée sur les forces de l'ordre, et que forcement, un jeune qui lance des pavés sur les gendarmes mobiles ne peut être qu'en état de légitime défense, nécessairement. Il en va autrement d'un militant de la FNSEA jetant un pavé sur les CRS, qui n'aurait certainement pas eu son blog de prisonnier hébergé sur libé.fr.

Car derrière tout cela, on trouve cette mouvance libertaire d'extrême-gauche, qui refuse l'autorité, qui crache sur les forces de l'ordre. C'est eux qui ont paralysé le gouvernement Jospin, qui n'a pas osé avancer sur le terrain de la sécurité, le laissant à la droite avec le résultat que l'on sait. Je tiens ici à réaffirmer la nécessité de la police, gardienne des lois et leur application. Le monopole de la violence légitime doit rester entre les seules mains de l'Etat, dont les instances sont désignées démocratiquement. Le coup de force ou la révolution ne font pas partie de ma culture politique. Bien entendu, la Police doit être maintenue dans des limites et n'exercer que le minimum de contrainte et de restriction des libertés publiques. Malgré quelques bavures et erreurs (la perfection n'est pas de ce bas monde), il faut reconnaitre que les forces de l'ordre font plutôt bien leur travail en France, ce qui est loin d'être le cas partout dans le monde, même dans les pays occidentaux (et je pense aux USA). C'est quand la Police est absente qu'il n'y a plus de justice, contrairement à ce slogan "Police partout, justice nulle part", qui est la marque de ces libertaires d'extrême-gauche qu'il faut combattre car ils représentent un danger pour la démocratie.