J'ai trouvé l'intervention de Ségolène Royal, hier soir, particulièrement affligeante. Toujours ces mêmes platitudes débitées sur un ton monocorde. Quasiment pas de progrès ni sur la forme (et pourtant, ça se travaille) ni sur le fond (là aussi ça se travaille).

J'ai particulièrement réagi à ce passage : "Je ne vous accable pas, bien sûr, mais je vous dis de venir voter en vous rappelant qu'il y a dans le monde des hommes et des femmes qui risquent leur vie pour avoir le droit de vote."

A peine qu'elle n'accable pas !! Et en plus, elle prend les électeurs de gauche pour des enfants capricieux. Combien de fois, étant gamin, on m'obligeait à finir mon assiette en me rappellant que dans le monde, il y a plein de petits enfants qui ont faim, et que ce n'est pas bien de faire le difficile, qu'il faut manger de tout. Ce détail m'est revenu immédiatement, tellement la situation est analogue. Mais qu'est ce que c'est que ces électeurs de gauche qui font les difficiles sur le menu que leur propose leur cantine habituelle, qui ne veulent remplir correctement les urnes...

J'ai une pensée compatissante pour mes amis militants au PS, qui sont bien parti pour l'avoir comme première cantinière secrétaire.