Michèle Alliot-Marie devient de plus en plus pathétique. Sa candidature à la candidature pouvait avoir un sens il y a quelques semaines. Les socialistes, avec leur primaires et leurs débats internes ont pu exprimer leur diversité, mais aussi occuper l'espace médiatique. Ségolène Royal a été investie largement, mais avec une opposition suffisamment forte pour que l'on doive compter avec elle. Pendant ce temps là, à droite, c'est le monologue du candidat autocrate, seul en lice, que ce soit Bayrou à l'UDF ou Sarkozy à l'UMP. L'idée de bousculer un peu cela et de faire apparaitre un peu de diversité pouvait séduire.

On a vu ce que cela a donné, des débats ennuyeux, organisés en dernière minute et qui n'ont rien apporté sinon la preuve que MAM ne fait pas le poids. Aujourd'hui, elle prend acte du verrouillage de l'UMP et renonce à l'investiture. A partir de ce moment, sa candidature est mort-née, pour cause d'absence de financement et de logistique. Et pourtant, elle continue et affirme penser à une candidature hors parti. Il y a un moment où il faut arrêter, et même si elle en a très envie, elle n'est pas la seule. Je ne vois plus maintenant dans cette candidature que la volonté de nuire, de perturber la campagne et la communication de Nicolas Sarkozy.