Dans la procédure parlementaire, on parle de "cavalier" pour désigner un amendement qui ne rentre pas dans le domaine du projet de loi examiné. Le cavalier est dit budgétaire quand il tente d'introduire dans une loi de finances des dispositions autres que financières ou liées au contrôle parlementaire.

Cette année, le règlement de l'Assemblée nationale a été toiletté, avec des délais de dépôt des amendements et des règles d'irrecevabilité plus strictes. Cela a quelque peu dérangé, car les députés avaient leurs petites habitudes et considéraient comme normal ce qui n'était qu'une tolérance, comme par exemple faire défendre ses amendements par un autre député (parce qu'on ne pouvait pas être dans l'hémicycle au moment de la discussion), rectifier les amendements au point de le réécrire complètement, voire les déposer hors délais. Désormais, la date butoir est de rigueur et seuls les députés signataires d'un amendement peuvent le défendre en séance. Les règles d'irrecevabilité ont été appliquées avec sévérité pour le projet de loi de financement de la sécurité sociale, avec plus de 150 amendements déclarés irrecevables car "cavaliers". Cela a provoqué plusieurs incidents vifs et un début de bronca chez les députés, y compris au sein de l'UMP.

Que les boulons soient un peu serrés, cela ne fera pas de mal. L'examen des textes de loi et des amendements se fait trop souvent dans l'urgence et la pagaille. Après, on s'étonne que la loi soit mal écrite, mais il faut voir les conditions dans lesquelles les amendements étaient parfois rédigés. Qu'il y ait une date et une heure limite permet de commencer la discussion sans voir arriver des amendements surprise. En cela, la rigueur dont a fait preuve le président de la commission des finances, Pierre Méhaignerie, est louable. Elle serait encore plus crédible s'il s'abstenait lui-même de déposer et de faire voter des amendements manifestement cavaliers, comme celui qui a été déposé dans l'urgence pour combler la brèche ouverte par l'annulation du décret sur le temps de travail dans l'hôtellerie et la restauration.