Par le biais de Koz, et de Versac je prends connaissance de la nouvelle initative de l'UMP de lancer une plate forme de blogs militants. La stratégie présidentielle se met en place, chaque candidat ayant compris qu'il ne faut pas rester absent de ce terrain.

Je suis allé jeter un petit coup d’œil sur ce site. J'en suis ressorti peu convaincu. Il est vrai que je ne l'était déjà pas en y entrant. Le militantisme consiste à faire valoir ses idées, à les défendre, les promouvoir et finalement, les imposer. Le militant n'est pas une position d'écoute et d'échange, mais de prosélytisme. C'est, pour moi, en contradiction flagrante avec la logique profonde des blogs. Cela se voit d'ailleurs, les blogs les plus lus et les plus influents sont ceux qui laissent des ouvertures, qui donnent à réflechir sans forcement orienter. Ce sont aussi des blogs où les commentaires apportent la contradiction et amorcent de véritables dialogues.

Ces blogs militants n'apporteront pas autre chose que du bruit. Ils ne seront guère fréquentés que par les militants, ceux du même bord pour les louanges et l'autopersuasion, ceux du bord opposé pour des attaques stériles. Concernant les blogs d'élus, on constate que très peu sont de véritables blogueurs. Les autres ont un "site internet" pompeusement rebaptisé blog pour faire tendance. Le débat et les échanges n'y ont pas leur place. J'ai bien peur que la cyber campagne ne tourne à la foire d'empoigne et ne fasse finalement que du tort aux blogs politiques en général. Le grand public, alléché par la promo médiatique faite autour de ces "blogs militants" va s'y précipiter, pour être, pour la plupart, cruellement déçus. On ne fait que transposer sur la toile les comportements de meetings électoraux.

C'est pourquoi je m'associe pleinement à l'initiative de Versac, qui lance "la République des blogs". J'espère que cette action permettra de donner une visibilité suffisante à de vrais blogs, où la discussion est libre et ouverte. Car c'est de là qu'émergeront (au moins en partie) les initiatives et les débats politiques de la génération des trentenaires.